الرئيسية / مقالات /
Vent de changement au Liban

Vent de changement au Liban

EDITORIAL

Le Monde

Editorial. Le mouvement qui agite le pays depuis un mois ne faiblit pas, bien au contraire. Pour sortir de l’impasse, les dirigeants libanais devront reconnaître cette puissante envie de démocratie et l’entériner par un acte fort.

Publié hier à 10h34   Temps deLecture 2 min.

Editorial du « Monde ». Depuis un mois, au Liban, la rue bouillonne et pétitionne. Depuis un mois, des centaines de milliers d’habitants, de toutes confessions, crient leur envie d’un autre pays, moins inégalitaire, moins sectaire et moins corrompu.

D’importants rassemblements ont encore eu lieu dimanche 17 novembre à Beyrouth, la capitale, Tripoli et Saïda, deux villes à majorité sunnite et Nabatiyé, tout au sud, une localité à dominante chiite. Partout, les manifestants ont exprimé le même mélange d’allégresse et de ténacité, d’euphorie à se retrouver aussi nombreux et de détermination à ne rien céder.

On trouve dans les cortèges aussi bien des libéraux que des communistes, des croyants que des incroyants, des conservateurs que des progressistes. Mais, pour l’instant, tous sont unis dans leur rejet viscéral d’un système en bout de course, incarné par une demi-douzaine de chefs communautaires, inchangés en grande partie depuis trente ans. Un club de caciques, aux poches bien remplies, qui ont instauré une « veto-cratie », un jeu politique stérile, où ils se neutralisent les uns les autres en permanence, condamnant le pays à pourrir sur pied.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « L’économie rentière du Liban a engendré des niveaux d’inégalité extrêmes »

Le mouvement de protestation a fait la preuve de sa maturité et de son originalité. Il alterne les méthodes dures, comme les blocages de routes, avec les méthodes douces, comme les sit-in devant des institutions honnies. Il combine le festif, le social et l’intello, mixe l’ambiance de la rave-party avec une conférence sur l’indépendance de la justice et un défilé devant la banque centrale.

Belle Discipline

Il s’accorde aussi des pauses, qui font croire à ses adversaires à un début d’essoufflement, pour mieux repartir de l’avant. Et surtout, il parvient à éviter, avec une aisance confondante, les impasses et les pièges dans lesquels d’autres auraient pu se fourvoyer, ceux du chaos, de la division et de la violence. Chaque matin, preuve de cette belle discipline, de petites mains bénévoles viennent nettoyer la place des Martyrs, le centre névralgique de la contestation, en plein cœur de Beyrouth.

اضف رد