Nasrallah accuse Riyad de vouloir semer la division au Liban et dans la région

Le chef du Hezbollah lors de son discours samedi 30 septembre 2017, à l’occasion de la commémoration de l’Achoura.

POLITIQUE

Le leader chiite appelle les réfugiés syriens à rentrer dans leur pays.
OLJ30/09/2017

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé samedi un discours à l’occasion de la commémoration de l’Achoura, s’en prenant violemment à l’Arabie Saoudite, tout en appelant les responsables libanais “à préserver la stabilité et le calme dans le pays par le dialogue”.

“Les efforts sérieux ont permis au Liban de surmonter la crise de la grille des salaires, s’est félicité le leader chiite. Quelles que soient nos divergences, nous pouvons parvenir à des résultats satisfaisants comme cela a été le cas avec la loi électorale”.
M. Nasrallah a toutefois mis en garde contre “toute tentative de créer des divisions internes”, en référence de manière indirecte aux visites de responsables libanais en Arabie Saoudite au cours de la semaine dernière. “Il est dans l’intérêt du Liban d’éviter toute confrontation interne sous n’importe quel prétexte, a dit le chef du Hezbollah. Nous assistons à l’effondrement des axes dans la région et les Etats-Unis souhaitent l’éclatement de nouveaux conflits. Nous n’avons aucun intérêt à cela”.
“J’appelle les forces politiques à agir avec conscience et à ne pas chercher l’aventure car les résultats sont connus, a encore dit M. Nasrallah. Que personne ne songe à pousser le Liban vers la confrontation, surtout pas l’Arabie Saoudite!”

Jeudi dernier, le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, et le président des Kataëb, le député libanais Samy Gemayel, ont été reçus par le prince héritier saoudien, Mohamad Ben Salmane, à Riyad, à l’initiative des autorités saoudiennes. Selon la chaîne de télévision libanaise MTV, le leader druze Walid Joumblatt y est attendu “dans les prochaines heures”, alors que le Premier ministre Saad Hariri s’y rendra “dans quelques jours”. La chaîne rapporte que les anciens Premiers ministres libanais Fouad Siniora et Nagib Mikati, ainsi que l’ancien ministre de la Justice Achraf Rifi y sont également attendus.

(Lire aussi : Geagea à Nasrallah : Quel est l’intérêt de s’attaquer à Riyad quand on est au pouvoir ?)

Toujours au niveau de la politique interne, M. Nasrallah a réaffirmé le soutien de son parti au gouvernement de Saad Hariri, saluant la “collaboration positive” sur ce plan. Il a également affirmé que les élections législatives “auront lieu dans les délais prévus”. “Il n’existe aucune raison qui pourrait pousser au report du scrutin”, a-t-il dit, tout en se montrant rassurant concernant la situation sécuritaire dans le pays.

Par ailleurs, s’adressant aux réfugiés syriens au Liban, le chef du Hezbollah les a appelés à rentrer dans leur pays. “Il est temps de rentrer en Syrie, a-t-il dit. Il est dans votre intérêt de retourner chez vous et de participer à la reconstruction du pays. Tout le monde veut y prendre part, même au Liban, a encore affirmé M. Nasrallah. Certains appellent à faire du Liban un acteur-clé dans la reconstruction de la Syrie, tout en refusant de discuter avec le gouvernement syrien”, a-t-il ajouté, évoquant la rencontre entre le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil et son homologue syrien Walid Moallem la semaine dernière à New York.

Concernant la situation sécuritaire dans la région, le leader chiite a affirmé que le groupe jihadiste Etat islamique (Daech en arabe) “a subi une défaite militaire définitive”. “Ils représentent toujours une menace, mais ce n’est plus qu’une question de temps avant d’en finir complètement”, a-t-il ajouté, tout en accusant Riyad d’avoir soutenu le groupe terroriste. “Israël souhaitait diviser la région sur des bases confessionnelles et religieuses avec Daech, mais à la suite de l’effondrement de son projet, Américains et Israéliens entament un nouveau projet de division qui a commencé avec le Kurdistan irakien”, a accusé Hassan Nasrallah, qualifiant la situation de “dangereuse”.

Il a également pointé du doigt l’Arabie Saoudite pour son soutien à l’indépendance du Kurdistan, mettant en garde contre la “division” du royaume wahhabite. “Si l’Irak et la Syrie sont divisés, vous goûterez au même poison”, a-t-il lancé à l’adresse des responsables saoudiens.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*