Économie : Brèves monde

 

OLJ
22/06/2017
Pétrole

Les cours poursuivent leur chute

Après leur forte chute de mardi, les cours du pétrole ont terminé hier au plus bas depuis août à New York, le marché accusant de nouveau une forte baisse face aux inquiétudes concernant la capacité de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à venir à bout de l’excès d’or noir
Le prix du baril de « light sweet crude » (WTI), référence américaine du brut, a perdu 98 cents à 42,53 dollars le baril sur le contrat pour livraison en août, nouveau contrat de référence sur le Nymex. À Londres, le Brent de même échéance a cédé 1,20 dollar (2,61 %) à 44,82 dollars le baril, au plus bas depuis novembre
« On a une sorte de fracture au sein de l’OPEP », a mis en avant John Kilduff de Again Capital. Selon des informations de presse, le ministre iranien du Pétrole a suggéré d’abaisser encore la production de l’OPEP, une proposition qui aurait été écartée par d’autres délégués de l’OPEP. « Il y a tellement de tensions (au Moyen-Orient) que le marché craint qu’ils ne soient pas capable de coopérer et de travailler ensemble pour réduire la production de pétrole », a expliqué John Kilduff
Le cours du brut n’a même pas profité hier d’un recul plus marqué que prévu des stocks aux États-Unis, préférant retenir, parmi les chiffres hebdomadaires du département de l’Énergie, une nouvelle hausse de la production américaine

Rapport
Climat : des milliards d’investissements des géants pétroliers et gaziers menacés

Environ 30 % des investissements programmés d’ici à 2025 par les grandes compagnies pétrolières et gazières pourraient être perdus si l’économie mondiale réussit à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés, ont averti des experts hier
Au total, ce sont 2 300 milliards de dollars de projets qui ne seraient plus nécessaires, car plus coûteux et pas suffisamment rentables, détaille ce rapport publié notamment par l’ONG Carbon Tracker
Il passe en revue les investissements jusqu’à 2025 des 68 plus importantes compagnies pétrolières et gazières cotées, ainsi que ceux de Saudi Aramco, qui prévoit d’introduire bientôt en Bourse 5 % de son capital
Selon le rapport, un tiers de tous les investissements pétroliers prévus dans le monde, dont la totalité des investissements dans les sables bitumineux et l’offshore profond devraient par exemple être abandonnés, tout comme près des deux tiers des projets gaziers en Amérique du Nord

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*