CULTURE : 25 fois Bach pour 25 fois al-Bustan

 

Cela fait un quart de siècle que l’événement, fondé et présidé par Myrna Bustani, réchauffe les cœurs en plein hiver. Cette année, plus qu’aucune autre, il brillera de mille feux, du 13 février au 21 mars.

06/01/2018

 Trois choses nous viennent à l’esprit quand on évoque le Festival al-Bustan : sa pérennité, sa témérité et sa constance dans la qualité. Tout cela grâce à une présidente à la vision juste et solide, un comité bien soudé « et une équipe dans l’ombre qui travaille en toute loyauté et que je salue ici », indique la présidente Myrna Bustani, lors de la conférence de presse tenue hier à l’auditorium Emile Bustani. « J’ajouterai aussi grâce à une audience dévouée qui nous a suivis fidèlement. » Pour célébrer ce jubilé d’argent, Mme Bustani a immédiatement pensé à Bach. Parmi la pléthore de compositeurs connus et reconnus, pourquoi le focus sur celui-ci en particulier ? Pour la présidente du festival, seul Jean-Sébastien Bach peut magnifier à la fois Dieu et la musique. « Il m’est en effet très difficile d’expliquer le pourquoi. Bach est un géant et s’il faut reproduire par l’écriture ce qu’il a écrit en musique, cela nécessitera plus de quatre cents ans. Je vais me suffire d’emprunter cette citation à un philosophe roumain (E.M. Cioran) : “S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu”. »

Lire la suite

 

 

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*