2 Aqoura, l’Éden d’Ève et de sa pomme

 

18/07/2017
C’est un petit village qui vit de pommes, d’amour et d’eau fraîche… Aqoura, village accroché à la montagne de Jbeil, semble tutoyer les étoiles et sortir tout droit d’un roman de Jules Verne. Ses vallons encaissés et ses cratères d’eau, servant à irriguer les arbres fruitiers, composent son paysage lunaire

Une fois dépassés les panoramas de Laqlouq, l’arrivée dans les territoires aqouriotes est nimbée de mystère. La nature abondante, les points de vue époustouflants et ses multiples virages entretiennent le suspense. Avec près de 117 km2 de superficie, ce village, à quelque 68 km de Beyrouth, figure parmi les plus grands du Liban (1 % de sa superficie totale). Le dernier tournant passé, une petite bourgade aux maisons à toit de tuiles rouges apparaît, dans la vallée, à 1 400 mètres d’altitude. La rue principale la scinde en deux, tandis que les nombreuses ruelles pittoresques et les escaliers en pierre permettent au visiteur de se perdre, pour tomber parfois sur quelques merveilles. De vieilles maisons libanaises, certaines aux volets fraîchement repeints, se dressent fièrement. Mais ce sont les multiples édifices religieux jouxtant les habitations qui ponctuent la marche à travers le village

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*