الرئيسية / أضواء على /
1965 – 2012 : retour sur les élections présidentielles sous la Ve République

1965 – 2012 : retour sur les élections présidentielles sous la Ve République

 

Les sept présidents de la Ve République française. De gauche à droite : Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande. Combo réalisé par Marc-Antoine Pelaez.
CHRONOLOGIEAprès Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, qui sera le 8e président de la Ve République ?

OLJ/Reuters
22/04/2017

La dixième élection au suffrage universel de la Ve République française est également à ce jour la plus incertaine, avec quatre candidats dans un mouchoir de poche au premier tour, ce dimanche, pour les deux places de finalistes le 7 mai

Ce scrutin consacre un nouveau saut générationnel, avec la fin du mandat de François Hollande et l’élimination, lors des primaires de droite et de gauche en forme de jeu de massacre, de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Manuel Valls, et l’apparition de visages relativement nouveaux comme Benoît Hamon (PS) et l’ex-ministre de l’Économie Emmanuel Macron, ou inattendus, comme François Fillon LR

Cette élection est aussi l’aboutissement d’une double évolution à l’œuvre depuis 2002 : l’installation dans le paysage politique français du Front national et, parallèlement, l’affaiblissement des deux principaux partis de gouvernement traditionnels, le Parti socialiste et Les Républicains ex-UMP

Pour la première fois, deux candidats hors parti jouent un rôle de premier plan : le candidat de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à la gauche de la gauche, et celui d’En Marche !, Emmanuel Macron, qui dit vouloir rassembler les “progressistes” des sociaux-démocrates à la droite sociale

Les sondages sur les intentions de vote donnent depuis des semaines Marine Le Pen et Emmanuel Macron qualifiés pour le second tour, et l’ex-ministre de l’Economie élu. Mais les écarts se sont si fortement resserrés ces derniers jours qu’une surprise, qui pourrait prendre la forme d’une qualification de François Fillon, voire de Jean-Luc Mélenchon, au détriment d’Emmanuel Macron ou même de Marine Le Pen n’est plus jugée totalement inconcevable par les analystes

اضف رد