Ziad Saadé pulvérise les compteurs avec son 20,38 sur 20

 

Après une performance si considérable, cap sur la Columbia University

BAC FRANÇAIS
28/06/2017
Jean-Pierre Saadé, père de Ziad, a eu la primeur de la bonne nouvelle. Vendredi, le proviseur du Grand Lycée franco-libanais, Brice Léthier, l’a appelé au téléphone pour lui annoncer que son fils – élève de l’établissement depuis la maternelle – a réussi aux épreuves du bac série S, option maths, mais avec une cerise sur le gâteau : la moyenne obtenue est supérieure à 20

Manifestement heureux à l’autre bout du fil, Ziad Saadé, qui a fêté ses 18 ans ce mois-ci, confie à L’Orient-Le Jour que son score de 20,38 a été pour lui une sacrée surprise. « Si je m’attendais à réussir en décrochant au minimum un 18/20, j’étais à mille lieues de penser que j’allais percer le plafond de la notation », s’exclame-t-il. Ce sont d’abord ses parents qui ont pris connaissance du relevé de notes, le nouveau bachelier étant parti en vacances bien avant l’annonce des résultats. Il ne sera pas encore rentré pour la réception qu’offre ce vendredi le nouvel ambassadeur de France, Bruno Foucher, aux meilleurs lauréats du bac, cru 2017
D’Amsterdam où il se trouve après avoir visité Londres et avant de se rendre à Barcelone dans le cadre de sa virée à l’étranger, Ziad Saadé affirme à L’OLJ que c’est au téléphone qu’il a appris ses 20 en maths, 20 en anglais, 19 en physique-chimie, 19 en histoire-géo, 19 en arabe, 18 en sciences de la vie et de la terre et 18 en philo. « J’ai pu dépasser la barre des 20/20 grâce au jeu des coefficients et celui des options facultatives, où les points au-dessus de la moyenne comptent comme des bonus ajoutés aux épreuves principales », explique-t-il. Le lauréat a ainsi obtenu 20 en théâtre et la même note en espagnol, dont l’examinateur était d’ailleurs persuadé qu’il s’agissait de sa langue maternelle. « C’est que je m’y suis mis dès l’âge de 8 ans, révèle-t-il, évoquant sa passion pour les langues. Outre l’espagnol, je maîtrise à la perfection le français, l’arabe et l’anglais, mais aussi le portugais, l’italien, l’allemand et le japonais. » Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin, il a récemment entamé des leçons de russe
Ziad avoue que la moins bonne note est celle qu’il a récoltée au sport, à savoir 17. « Pourtant, je pratique avec enthousiasme le tennis », s’étonne-t-il dans une boutade, avant d’indiquer qu’il est « plus particulièrement féru de guitare », instrument dont il joue depuis l’âge de dix ans

Équilibre
« N’allez surtout pas croire que tout au long de ma scolarité je suis resté enfermé dans ma chambre à plancher sur mes leçons », tient à préciser le jeune diplômé, estimant que « si la persévérance dans le travail est un facteur essentiel de la réussite, elle n’est efficace que lorsqu’ elle s’inscrit dans le cadre d’une bonne organisation de l’emploi du temps ». « J’ai toujours veillé à maintenir un équilibre entre ma vie scolaire et mes activités personnelles, profitant des week-ends et jours de vacances pour me détendre, sortir avec mes amis et voyager », assure-t-il, avant de confier que, depuis l’âge de 16 ans, il s’adonne également au bénévolat dans le domaine humanitaire :    Je fais partie d’un groupe qui se rend à Lourdes chaque été en juillet pour accompagner dans leur pèlerinage des personnes handicapées
Armé donc d’une tête bien faite et d’un grand cœur, Ziad Saadé compte entreprendre des études de médecine. Il mettra le cap en août vers l’Université de Columbia, aux États-Unis, où il a été accepté par le biais d’une « early admission ». La prestigieuse université new-yorkaise lui a ainsi fait part de sa décision de l’intégrer dans son établissement bien avant le délai qu’elle se fixe généralement pour statuer sur les dossiers de demandes
Où se voit-il dans dix ans ? « J’espère que je serai alors sur le point d’achever ma spécialisation et de m’engager dans la recherche médicale », souhaite le futur étudiant en médecine, qui veut « contribuer à faire avancer les choses en faveur de l’humanité ».
En attendant, les prévisions des instituteurs l’ayant eu pour élève se concrétisent déjà. Lina, sa fière et heureuse maman, se souvient :   On entendra parler de lui, m’avaient prévenue ses enseignants du primaire

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*