اخبار عاجلة

Se déplacer à Beyrouth, en langage codé

ZAWARIB BEIRUTLes rues portent des noms que nous ignorons, déformons, oublions. Et pourtant, nous nous y retrouvons, dans ce capharnaüm organisé baptisé Beyrouth !

25/11/2017

Pour se retrouver, ou indiquer un lieu, un quartier, on relie d’abord l’information à des immeubles gouvernementaux, des ambassades, des lieux religieux. On évoque les hôpitaux et les universités. Puis les établissements scolaires, les centres commerciaux, suivis enfin des banques, stations d’essence ou pharmacies, qui permettent d’apporter un autre niveau de précision à l’aiguillage. Drôle de GPS qui nous dit de « tourner à droite après la pharmacie Hachache, de prendre à gauche devant l’école Hekmé (la Sagesse) et de descendre la rue “SKS” ». Un GPS utilisé par tout le monde, de l’homme d’affaires en route pour un rendez-vous de travail au livreur sur sa mobylette, en passant par les ambulanciers.

« Retrouve-moi au café, à proximité du bistro français Bagatelle, dans la vieille maison aux volets rouges, à la fin de la rue, près du marchand de fruits. Il y a une grande affiche de vin sur la route principale. Tu la verras à partir de là où se trouvait l’ambassade saoudienne. » Si ce genre de propos vous paraît familier, c’est que vous êtes un Beyrouthin pur sang. Comme dans une entente tacite, une logique commune selon un guide pas vraiment… logique, les habitants de cette ville se retrouvent ainsi et indiquent une rue, un restaurant, à partir de codes étranges. Mais les points de repère, dans une hiérarchie informelle, changent avec le temps, rajeunissent, les référents devenant de nouvelles enseignes et autres lieux plus récents…..

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*