Rire de ces vies congelées qu’on nous fait mener

CULTURE

Rire de ces vies congelées qu’on nous fait mener…

Près de deux heures de scène pour Betty Taoutel, interprète principale de « Freezer », entourée ici de Hagop Dergoughassian, Hisham Khaddaj et Jacques Mokhbat. Photo Nader Moussally

THÉÂTRE

Betty Taoutel a l’art de ciseler des pièces miroirs qui renvoient à ses compatriotes l’image de leur réalité. Tragi-comique, évidemment.

Zéna ZALZAL | OLJ29/11/2017

Elle revient, avec la régularité d’un métronome, présenter chaque deux ans une nouvelle comédie sociale sur les planches beyrouthines. Au fil des pièces, Betty Taoutel a construit un répertoire déroulant l’épineux écheveau de situations tragi-comiques qui font la réalité du pays du Cèdre. De la démolition du patrimoine architectural à la paupérisation de la population, en passant par l’instabilité chronique, la pollution, la corruption ou encore l’émigration massive de la jeunesse… Le théâtre de cette auteure, metteuse en scène et comédienne reflète, comme un miroir grossissant, forcément parodique, les anomalies d’une société ballottée entre phases de conflits et de désenchantements.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*