Révision de l’histoire maronite

Agenda Culturel
08112017

Le Salon du livre francophone de Beyrouth, qui se tiendra au Biel du 4 au 12 novembre 2017, est une vitrine de débats d’idées. Des ouvrages iconoclastes, tels que ‘Maronites dans l’Histoire, De Rebus Maronitarum’ de Youssef Mouawad, ne manqueront pas de susciter les polémiques.

Oser mettre en cause les fondements de sa propre communauté confessionnelle peut exposer l’historien à des déboires. Et c’est comme si Youssef Mouawad, l’auteur de ‘Maronites dans l’Histoire’ cherchait à se mettre à dos les siens.

La mythologie
En publiant ce recueil de neuf articles, l’auteur s’en est pris à une tradition acquise et consacrée. Car pour lui, une communauté n’atteint sa maturité que lorsqu’elle peut envisager son passé d’un œil critique, et remettre en jeu sa mythologie fondatrice. Si, de nos jours, les propos révisionnistes du chercheur peuvent susciter un blâme ou une hostilité marquée, autrefois c’aurait été l’excommunication ou le bûcher.

Rassurez-vous, Youssef Mouawad, avocat et historien, n’a pas vocation au martyre même quand il soutient que la Lettre de St. Louis aux Maronites (1250) est un faux grossier mis au point par Mgr Nicolas Murad en 1844, avec l’innocente complicité de Lamartine. Or cette lettre est citée comme le point de départ d’une relation plusieurs fois centenaire entre la France et les maronites, chaque fois que l’ambassadeur de France se rend à Bkerkeh ou se retrouve à la table de l’archevêque de Beyrouth pour un toast…….

Table ronde le samedi 11 novembre 2017 à 19h30 en présence de l’auteur et de deux historiennes: Valerie Azhari et Dima Zein de Clerck.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*