Quand le marbre voguait du Pirée vers Sidon

Du marbre pentélique pour la Tribune d’Echmoun, ici un fragment de sculpture.


ARCHÉOLOGIE
Des milliers de tonnes de marbre ont été acheminées par bateau depuis la Grèce vers le port de Sidon, pour la réalisation des sarcophages anthropoïdes, des statues du Temple Boy d’Echmoun et du pavillon royal de la cité.

May MAKAREM | OLJ10/01/2018

Dans le cadre du colloque international organisé par la Direction générale des antiquités en collaboration avec les Amis libano-britanniques du Musée national autour des trois principaux ports antiques de la Méditerranée, Tyr, Sidon et Byblos, Rolf Stucky, ancien directeur de l’Institut d’archéologie classique de Bâle et ancien pensionnaire de l’IFPO à Beyrouth, fait observer que les Phéniciens importaient de Grèce deux sortes de marbre : le pentélique issu des carrières de l’Attique et le fameux marbre de l’île grecque de Paros, dans les Cyclades, le plus recherché et le plus cher de l’Antiquité, appelé parien ou « lychnitis », du fait que son extraction était effectuée dans les galeries souterraines sous la lumière des lampes à huile (en grec : lychnos). Comme la série complète des sarcophages anthropoïdes du Ve jusqu’au IIIe siècle avant J-C, les sculptures de six garçons assis et deux en pied, du Temple Boy d’Echmoun, ont été taillées dans ce marbre d’un blanc pur et d’une grande transparence (jusqu’à 3,5 millimètres d’épaisseur).

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*