Non, ce n’est pas un cliché, l’argent fait le bonheur

QUELQU’UN M’A DIT
08/08/2017
Des tirs au cœur de Verdun

Pour célébrer l’inauguration de l’enseigne ABC à Verdun, les feux d’artifice ont embrasé le ciel de Verdun. Le groupe français F, réputé pour ses spectacles pyrotechniques au château de Versailles, et qui tire les feux d’artifice pour le Nouvel An à Dubaï et Taipei, le Bicentenaire de l’indépendance du Mexique, ou encore pour l’Asian Cup, et illumine de mille feux la tour Eiffel, a enflammé le nouvel édifice. Robert Fadel avait convié ce soir-là 1 700 invités, opérateurs économiques, amis, clients et les responsables de l’ABC Group, qui ont été guidés par des mimes jusqu’au roof garden pour assister aux réjouissances. Au programme, Hiba Tawaji, qui a ravi le cœur du public en chantant a cappella Comme un symbole. Une étonnante danse en suspension et à la verticale contre la façade du bâtiment, projetée sur un écran géant. L’incontournable mapping vidéo qui a créé une fresque lumineuse et illusionniste, plaçant ainsi les spectateurs au cœur de l’action. Les discours de Robert Fadel et de Safi Kalo (président de Globe Express Services, représentant le Groupe Baha’ Hariri, associé du projet) ont été suivis par le groupe F, qui a fait crépiter dans le ciel beyrouthin un spectacle pyrotechnique éblouissant de précision.
La tête pleine d’images, les invités ont goûté aux buffets dînatoires réalisés par les chefs des restaurants établis à l’ABC et bullé aux bars de Buttler’s Bottle. C’était une superédition signée Stree (Asma Andraos et Michael Nakfoor), avec mention spéciale à Zena Farhat, chef du projet.
Parmi les présents, Serge Tor Sarkissian, Hady et Cynthia Hobeiche, Nicolas et Michèle Garzouzi, Raymond et May Abou Adal, Ziad et Muriel Debbas, Michel Moawad, le PDG de la BLF Walid Raphaël, Raya et Anthony Nahas, Karim et Magda Abillama, Ahmad et Lamah Hariri, Ziyad Mallas, Walis Cheikha, Najib Mitri, Nicolas Tamari, Ghina Ghandour, l’architecte américain Doug Shaw de la firme Callison et le décorateur anglais, Jill Higgins, de l’agence Kinnersley Kent Design, Michel Nader à la tête de l’entreprise MAN, Jacques et Nicole Sarraf, Nicolas Saba, Karim Fadel, Diana Fadel, Dima Kronfol, Sandy Tabet, Hilda Khalifé, et tant d’autres.

Votez pour moi !
Voilà cinquante ans que la Fondation Père Afif Osseiran (FPAO) œuvre pour l’insertion de la jeunesse vulnérable. Pour marquer son jubilé, un dîner de gala a été donné à la Résidence des Pins où le Monday Blues Band a squatté la scène, dessinant un panorama sonore, comme un juke-box idéal. Ne résistant pas à leurs rythmes, la consule générale de France, Cécile Longé, s’est emparée du micro pour chanter La Complainte de Butte avant de jouer une Bossa Nova endiablée à la guitare. Le député Ghassan Moukheiber a enchaîné avec La Vérité, de Guy Béart, lançant avec humour : « Ce soir, je vous donne ma voix. J’espère que le jour des élections vous me donnerez la vôtre ! » Quant au président Chucri Sader, avec son What a Wonderful World, il a rendu gravement jaloux Louis Armstrong !
Un brin classique, un brin fantaisie, le concert festif et le repas préparé par Fleur de Lys (alias Michel Ferneiné) ont fait mouche. L’assistance toute heureuse a mis la main à la poche. Les billets de tombola se sont envolés comme par magie, générant une belle recette. Quant à la vente aux enchères, menée par Leila Nahas (la fille de Nabil et Michèle), qui proposait une Mini Cooper Countryman et un bijou de Aziz et Walid Mouzannar, elle a été vivement disputée par Gabriel Debbané et David Issa. « Ce genre de soirée nous apprend à aimer et donner », a dit Lionel Pilloud, à la tête de la branche genevoise de la banque Vontobel, invité par Maher Badaro. Présents, le premier conseiller de l’ambassade de France, Arnaud Pescheux, l’ancien chef d’État Michel Sleiman, le ministre de la Santé Ghassan Hasbani, l’ancienne ministre des Déplacés Alice Chaptini, les députés Atef Majdalani et Antoine Zahra, Sigrid Kaag, l’ambassadeur Théodore Passas, Robert et Vivianne Debbas, Rifaat Osseiran, Samir Abillama, Nadia Saïkali, l’ami et conseiller de la fondation Marco Ayoub (et Jacqueline), Alice et Roger Eddé, Abed Tabbara, Chadi Karam, Diane Tabet, Rosy Boulos et d’autres encore.

Oh Carole !
Charme, élégance et intelligence, les trois attributs de Carole Dagher, notre attachée culturelle près l’ambassade du Liban à Paris. En vacances au Liban avec son époux Thierry Leroy, elle recevait aux côtés de sa maman Renée Dagher une cinquantaine d’amis à l’Aero Club, rue Sursock. Dans cette ville agitée, pleine de flonflons et de paillettes, c’était un moment de bonheur tranquille. Pas de musique qui vrille les tampons, et la majorité des invités arboraient un look décontracté chic. L’ambiance joviale s’est combinée à des tonnes de rires qui ont éclaté dans le jardin, où, malgré la canicule, s’est installé un nombre de médecins, notamment Béchara Asmar et Lamita, Antoine Hokayem, Francis el-Khoury et Nohad Génadry (avec leurs épouses), ainsi que Gaby et François Abisaab (aux réparties toujours percutantes), Monette Chaaya, Youssef Lahoud et Mona, qui disait avoir lu tous les livres de Carole et insistait pour avoir son dernier ouvrage, Le Testament secret de Moïse, dédicacé par l’auteure herself. Renée Dagher a promis de le lui envoyer. Autour d’un délicieux repas concocté par le chef cuisinier des lieux, se sont également retrouvés Madeleine Hélou, l’ambassadeur Nagi Abi Assi, Mona et Joe Issa el-Khoury, Samy Gemayel et son épouse Carine Tadmoury, Arlette Jabre, Elham Raphaël, Nicole Gemayel, la jeune Elsa Hokayem, responsable au musée Sursock, Salma Tabbarah, Jeanine Saadé et son fils Sandro, Joy et Leila Tabet, et d’autres encore… Dont des Libanais installés à Paris et de passage actuellement au pays, comme Marianne Issa el-Khoury, Fady et Claude Ziadé, Martha Hraoui, Joumana Chahal Tadmoury, chercheure et conservatrice du patrimoine auprès du Conseil général d’Île-de-France et présidente de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine de Tripoli.

Aline et Alice au Crillon
Alice Mogabgab se réjouit de l’aubaine. Elle a été chargée de fournir à l’hôtel Le Crillon 40 peintures de Léopoldine Roux, artiste franco-belge que la galerie Mogabgab représente depuis 2015. C’est également une Libanaise, l’architecte Aline Asmar (mariée d’Amman), qui a officié à la décoration et la rénovation artistique du mythique palace parisien de la place Concorde. L’hôtel racheté par un prince saoudien en 2010 pour 250 millions d’euros a ouvert ses portes le mois dernier. Quatre ans de travaux de restauration auront été nécessaires pour réhabiliter l’ancienne demeure des comtes de Crillon du XVIIIe siècle, transformé en hôtel depuis 1909.

GM, à l’honneur
Le Sofitel Tamuda Bay est la dernière réalisation de Galal Mahmoud et de son cabinet GM Architects. Conçu à M’diq, à 40 km de Tanger, il offre tout à la fois le glamour de la Côte d’Azur et le charme de l’art de vivre marocain. L’hôtel, qui s’étend sur une surface de près de 40 000 mètres carrés, a remporté le prix du meilleur « Luxury Beach Resort » du nord du Maroc et le Grand Prix de l’année 2016 aux « Word Luxury Hotel Awards ». Un signe de plus du niveau de certains de nos architectes.

ditavonbliss@hotmail.com

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*