L’Iran, ou la nostalgie de l’Empire perse


Le président iranien, Hassan Rohani. Photo Reuters.ÉCLAIRAGE

L’influence de Téhéran dans la région n’est pas un phénomène nouveau.
Samia MEDAWAR | OLJ27/10/2017

On n’était pas habitué à un Hassan Rohani agressif. En pleine tournée dans le Golfe du secrétaire d’État américain Rex Tillerson, avec pour but affiché de contrecarrer l’influence iranienne au Moyen-Orient, le président iranien s’est montré ferme. « L’importance de la nation iranienne dans la région est plus forte qu’à toute autre période », a déclaré M. Rohani dans un discours à Téhéran retransmis par la télévision d’État. « En Irak, en Syrie, au Liban, en Afrique du Nord, dans la région du golfe Persique, où peut-on mener une action décisive sans tenir compte du point de vue iranien ? » a ajouté le président. Ces déclarations, si elles peuvent être perçues comme exagérées par certains, ne sont pas anodines, ni à prendre à la légère. Il s’agit bel et bien d’une mise en garde : ne cherchez pas à nous écarter. Aujourd’hui, la République islamique est un acteur-clé dans la région, notamment en Syrie, en Irak, au Yémen, au Liban, dans l’Est saoudien, au Qatar, dans les territoires palestiniens….

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*