LIBAN : Les deux ponts en L de Jal el-Dib en bonne voie

À gauche, la bretelle permettant aux automobilistes de sortir de Jal el-Dib vers Beyrouth, suivie à droite de la bretelle permettant aux voitures venant de Jounieh d’entrer à Jal el-Dib. Carte fournie par la municipalité de Jal el-Dib
INFRASTRUCTURESPlusieurs projets de développement au Metn, ainsi qu’une autoroute reliant le Nord du pays au Sud, sont actuellement en cours d’étude par le CDR

27/05/2017

 

Longtemps divisée entre, d’un côté, les partisans de deux ponts en L, et, de l’autre, les défenseurs de deux ponts en U, la localité de Jal el-Dib va pouvoir enfin souffler. En début de mois, le Conseil des ministres a finalement opté pour les deux L, et les travaux pourront commencer courant juin, si l’entrepreneur initialement désigné décide de poursuivre sa collaboration avec le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR). Dans le cas contraire, le chantier sera reporté de quelques mois, en attendant de trouver un nouvel entrepreneur

Un premier pont en L assurera l’entrée à Jal el-Dib pour les automobilistes venant de Jounieh. Il prendra naissance au niveau de la parcelle de l’autoroute reliant Jounieh à Beyrouth, au niveau de l’immeuble Rim, et passera au-dessus de l’autre parcelle de l’autoroute (reliant Beyrouth à Jounieh) avant de descendre au niveau de la rue Émile Salhab, à Antélias. Ce pont facilitera ainsi l’entrée à Jal el-Dib et Antélias, les deux localités étant limitrophes. Concernant la sortie de Jal el-Dib vers l’autoroute (en direction de Beyrouth), le second pont en L s’élèvera au niveau de la rue principale de la localité et enjambera l’autoroute avant de tourner vers la gauche, en direction de la voie menant vers la capitale

Les deux ponts de Jal el-Dib seraient donc enfin dans la dernière ligne droite, alors que les études du projet sont achevées depuis 1998. Ce projet visait au départ à construire un pont en L permettant l’entrée à Jal el-Dib à partir de Dbayé, via une seule bretelle
« Les expropriations sont presque toutes achevées. Il en reste une partie située sur le bord de l’autoroute et pour laquelle nous sommes en train de préparer un dossier, indique à L’Orient-Le Jour Élie Hélou, chef de projet au CDR. Par ailleurs, nous attendons d’être fixés, dans les quelques jours à venir, sur notre collaboration avec l’entrepreneur actuel. Si la collaboration continue, le projet devra entrer en exécution courant juin. Sinon, nous lancerons une nouvelle procédure d’adjudication et le chantier sera reporté de trois mois à peu près

Quant à la différence avec le projet des deux U, elle serait avant tout d’ordre technique, selon Élie Hélou. « Beaucoup de personnes ont comparé les deux U de Jal el-Dib au pont en U de Nahr el-Mott. Sauf que le virage en U de ce dernier est d’un rayon de 25 m et a été conçu pour que les voitures puissent y rouler à 25 km/h, s’il n’y a pas d’embouteillages. Les U de Jal el-Dib sont nettement plus étroits, en raison de la densité des constructions dans le secteur. Leur rayon est de 10 m et la circulation y sera de 5 km/h, ce qui induira des difficultés de passage, notamment pour les poids lourds », explique-t-il

« Voilà pourquoi les ponts en L sont plus pratiques que ceux en U. Un rayon plus large est prévu pour les virages en L. De plus, ces ponts offriront une entrée et une sortie directes à Jal el-Dib », ajoute M. Hélou
Raymond Attié, président de la municipalité de Jal el-Dib-Bkennaya, estime pour sa part que les deux ponts en L permettront de redynamiser l’économie du secteur, mise à mal après le démantèlement début 2012, et, pour des raisons de sécurité, d’un pont en fer qui le reliait à l’autoroute. « Le mouvement économique de Jal el-Dib a chuté de 30 à 40 % depuis que le pont en fer a été enlevé. Quant aux ponts en U, ils menaçaient de détruire encore plus notre économie. Les deux L nous permettront de raviver nos commerces », précise M. Attié. « Jal el-Dib a toujours été une entrée vers le Metn, ses écoles et ses hôpitaux. Nous avons également une quinzaine de banques rien qu’à Jal el-Dib. Le Metn entier pourra profiter des nouveaux ponts », ajoute-t-il

Oqaïbé-Khaldé
Le CDR a en outre été sollicité par le gouvernement pour réfléchir à d’autres projets de développement dans le Metn. « Le premier projet sur lequel nous travaillons est celui d’une route qui montera vers Bsalim à partir de ce qu’on appelle la vieille route de Tripoli (route interne de Jal el-Dib). Cette route s’arrêtera au rond-point qui jouxte le Middle East Institute for Health. Nous étudions également le réaménagement d’une route parallèle à cette voie-là », souligne Élie Hélou

« Nous prévoyons, au niveau de la place d’Antélias, un pont à côté de celui déjà existant. Nous étudions aussi l’aménagement de deux routes reliées au pont de Naccache et pouvant mener au Metn. La première, qui sera de 4 km environ, reliera Naccache à Bickfaya. La seconde sera d’environ 800 m et reliera la localité de Naccache au pont », ajoute-t-il

Par ailleurs, le chef de projet indique que, contrairement aux idées reçues, les deux L de Jal el-Dib ne régleront pas le problème des embouteillages de l’autoroute reliant Beyrouth au Nord. « Le but principal des deux L est d’assurer une entrée et une sortie à Jal el-Dib et non pas de diminuer les embouteillages dont souffre l’autoroute. En revanche, nous avons deux autres projets en phase d’étude préliminaire, lesquels pourraient régler ce problème », précise-t-il. Il s’agit d’un projet de transports publics en partenariat avec la Banque mondiale et d’une nouvelle autoroute qui relierait Oqaïbé, dans le Nord, à Khaldé, dans le Sud. « Si les études préliminaires de ces deux projets se terminent, cette année, comme prévu, nous pourrons entamer les études détaillées l’année prochaine », conclut Élie Hélou

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*