LIBAN Le Pr Salim Daccache s.j. reconduit dans ses fonctions de recteur de l’USJ

 

Le Pr Salim Daccache s.j. continuera d’assumer la fonction de recteur de l’USJ jusqu’en 2022. Photo Michel Sayegh

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR« Pour ne pas être dépassée par les autres établissements d’enseignement supérieur », l’université réfléchit sur son offre de programmes en langue anglaise.

OLJ
29/06/2017
Le conseil de l’Université Saint-Joseph a reconduit le Pr Salim Daccache s.j., dans ses fonctions de recteur pour un nouveau mandat de 5 ans, a annoncé le provincial de la Compagnie de Jésus, le P. Dany Younès. Entré en fonctions en août 2012, le Pr Daccache continuera de les assumer jusqu’en 2022

Dans une courte allocution prononcée devant le conseil de l’université, le recteur a remercié pour leur confiance les membres du conseil, affirmant être conscient de leur volonté « passée et présente d’accorder (à l’USJ) les moyens et les outils pour qu’elle continue à être au service de l’Église du Liban comme université catholique qui rassemble et ne sépare pas, et pour qu’elle soit un phare de science et d’espérance dans notre Liban et notre monde arabe, non sans compter sur notre ouverture séculaire à la France et à l’Occident ». Il a adressé une parole de reconnaissance spéciale au supérieur général de la Compagnie des jésuites, le P. Arturo Sosa s.j., et au P. Victor Assouad, son conseiller pour l’Europe et le Moyen-Orient. Et de remercier aussi spécialement pour leur « esprit d’appartenance et d’engagement » les anciens étudiants « qui deviennent de plus en plus conscients de leur place et mission ».
Dans son mot, le recteur Daccache s’est dit prêt à relever : – le défi d’assumer personnellement la responsabilité de continuer à mener notre université dans le bon sens, dans des conditions sociales assez préoccupantes de troubles et de conflits sanglants, mais aussi dans le contexte d’un enseignement supérieur libanais et arabe livré à la concurrence sauvage et plongé plus que jamais dans une crise d’identité
Dans un court bilan des cinq années de son premier mandat, le Pr Daccache a cité l’effort déployé pour l’alignement des honoraires sur les meilleures universités européennes
l’introduction de l’université dans la communauté des 500 meilleures du monde, le processus d’accréditation institutionnelle en cours de l’USJ, en plus des accréditations sectorielles, la construction de nouveaux édifices surtout pour aller dans le sens d’une université verte, le plan 2020 de la modernisation des structures de l’Hôtel-Dieu de France et le changement du logo de l’USJ dans le cadre (…) – d’une meilleure communication sociale et médiatique sur l’université

Tourné vers l’avenir
Et, se tournant vers l’avenir, le Pr Daccache a annoncé l’engagement de l’université à la création d’un « Board of Trustees » (Comité des fiduciaires) parallèle au conseil stratégique, « afin de mieux équilibrer les pouvoirs au sein de l’université et de compter sur des personnalités externes à l’université pour porter ses soucis et son avenir ». Le recteur a également évoqué dans ce cadre : le projet d’une accréditation jésuite qui tiendra compte des spécificités du Liban ; l’octroi d’une plus grande marge de temps et d’attention à l’Hôtel-Dieu, l’institution la plus importante de l’USJ sur le plan économique et celui des ressources humaines ; l’établissement d’une feuille de route jusqu’en 2025, 150e anniversaire de l’USJ, –  afin de continuer la construction intellectuelle, matérielle et morale de notre université
l’orientation vers une « université verte » ; l’achèvement des nouveaux bâtiments de la faculté de médecine Raymond et Aïda Najjar ainsi que le Centre de simulation Nehmé Tohmé
le lancement du Musée contemporain d’art libanais et d’autres projets consignés dans la vision de l’USJ 2025 ; l’innovation académique et scientifique (pour ne pas être dépassée par les autres établissements d’enseignement supérieur, l’USJ doit réfléchir sur notre offre de programmes en langue anglaise) ; le recrutement des jeunes talents ; la promotion de la recherche scientifique ;
une bonne politique de collecte de fonds (18 millions en bourses, en 2017) ; la mission socio-citoyenne de l’université
Le progrès ne saurait contredire l’attachement aux valeurs, a conclu le Pr Daccache, et celles-ci : –  s’appellent valeurs de liberté et de responsabilité, de justice et de solidarité, d’honnêteté et de confiance, d’amour de la beauté et de la vérité, de rigueur et de bon jugement, de foi en ce pays, le Liban, que nous avons aidé à naître et à grandir et, aujourd’hui, à demeurer le Grand Liban de la paix et du vivre-ensemble

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*