LIBAN : L’affaire Marcel Ghanem, une  dérive vers la dictature


Boutros Harb entouré d’Amine, Gemayel, Marcel Ghanem, Nadim Gemayel, Pierre Daher, Ramy Rayes et Alain Hakim. Photo ANI

POLÉMIQUEBoutros Harb accuse le pouvoir politique de tenter de dompter la justice.

20/12/2017

Depuis le 10 novembre dernier, notre confrère Marcel Ghanem est poursuivi en justice pour avoir reçu sur le plateau de son talk-show, Kalam el-Nass, deux journalistes saoudiens qui se sont livrés à de violentes critiques adressées au pouvoir en place.
Mais au-delà de la procédure judiciaire lancée par le ministre de la Justice, Salim Jreissati, à l’encontre du journaliste-vedette de la LBCI, cette question ne fait que s’amplifier et devient de plus en plus liée à la liberté d’expression et de la presse, garantie par la Constitution dans un pays qui se veut démocratique et respectueux des droits de l’homme. D’autant que Marcel Ghanem avait fait l’objet lundi d’un mandat d’amener émis par le premier juge d’instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour.
Si cet acte vise principalement à mener M. Ghanem à comparaître devant le juge d’instruction pour être interrogé le 4 janvier 2018, certains –
notamment dans les milieux de l’opposition – y ont décelé une grave atteinte à la liberté de la presse, mais aussi et surtout une sérieuse menace au régime politique du pays et au principe de la séparation des pouvoirs, dans la mesure où l’affaire Ghanem serait une preuve de l’intervention du pouvoir politique dans l’action du pouvoir judiciaire.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*