LIBAN : Bécharré, la gardienne des Cèdres, nature envoûtante et spiritualité

QUE FAIRE CE WEEK-END ?
28/07/2017

La région des Cèdres-Bécharré est une des destinations favorites non seulement des Libanais mais aussi des étrangers. Été comme hiver, ce joyau accroché entre ciel et terre surplombant la Vallée sainte de Qannoubine réserve à ses visiteurs des moments d’enchantement qui les laissent dans une sérénité totale.
Bécharré est à 110 km de Beyrouth. Pour y arriver, il faut emprunter l’autoroute Beyrouth-Tripoli et bifurquer à droite au niveau de Chekka. Avant de parvenir à destination, des villages d’une grande beauté vous accueilleront, à l’instar de Hadath el-Jebbé (avec sa forêt de cèdres), Dimane (siège estival du patriarche maronite) ou Hasroun, le village aux tuiles rouges construit sur les falaises de la Vallée sainte avec ses maintes cryptes de saint Jude, saint parton de la localité. Puis, à l’entrée de Bécharré, se trouve perché le village le plus élevé du Liban et le village natal de saint Charbel, Baakafra. Le détour vaut certainement la peine pour visiter ses maisons centenaires et la maison familiale, reconstruite, de saint Charbel.
Vous parvenez ensuite à Bécharré, ancrée telle une perle au mont al-Makmel et gardienne irréductible des Cèdres. À Bécharré, le visiteur a l’embarras du choix : il peut soit prendre la première bifurcation à gauche et découvrir les dizaines de joyaux religieux et reliques cachés dans les roches de la Vallée sainte de Qannoubine (il aura besoin pour cette aventure d’au moins une journée complète de randonnée avec un guide spécialisé ou un spéléologue pour découvrir les grottes), ou bien poursuivre son chemin vers le village qui propose des activités pour tous les goûts.

Au terme de deux heures de route, il vaut mieux se garer au niveau du couvent Saint-Élysée et profiter d’une vue plongeante sur la vallée de Qannoubine. Après cette première pause face à un panorama à couper le souffle, vous pouvez vous diriger vers le musée de l’écrivain, peintre et fils de Bécharré, Gebran Khalil Gebran. Le bâtiment où les œuvres du peintre et ses affaires personnelles sont exposées est édifié à même la roche dans un décor envoûtant. Un peu plus loin dans le village se trouve la maison familiale de l’écrivain, en face de laquelle se dresse la plus grande église du village, la cathédrale Saint-Saba (Mar Seba pour les Béchariotes). Cette église imposante est construite au milieu du souk de Bécharré, offrant un exemple d’architecture libanaise traditionnelle. Dans le vieux souk, plusieurs endroits vous offrent les fameux manakichs faits avec du fromage de chèvre, du thym de Bécharré ou du kechek. Un peu plus bas, une halte s’impose dans le jardin public de Mar Geryès où vous pourrez apprécier le parfum de la lavande et des roses. Juste à côté, se trouve la vieille église de Mar Geryès nichée au-dessus d’une falaise d’où le visiteur a une autre vue splendide de la Vallée sainte où reposent les maronites ayant fui les différentes persécutions.

Activités diverses et Festival des Cèdres
Plus haut, en empruntant l’ancienne route reliant le bas de Bécharré à la forêt des Cèdres, la grotte de Qadisha, qui doit son nom au fleuve qui a patiemment façonné ses parois en des chandeliers de calcaire inimitables, accueille les amateurs de stalactites et de stalagmites. Cette grotte se trouve à une dizaine de minutes de marche sur un sentier offrant une vue panoramique des montagnes entourant le village et de la forêt de pins.
Une fois arrivés dans la région des Cèdres (cedrus libani), les arbres millénaires, dont deux trimillénaires et 10 millénaires, se dressent majestueusement et offrent aux visiteurs un sanctuaire hors du temps, idéal pour la marche, la prière et la méditation. Cet endroit féerique, où toute la splendeur de la nature est incarnée, est par ailleurs un musée regroupant plusieurs cèdres transformés en œuvres d’art par le sculpteur Rudy Rahmé.
Plusieurs activités sont possibles dans ce cadre exceptionnel sous un climat frais et sec, notamment le trekking. Des sentiers sont aménagés dans la région : le plus célèbre et le plus dur est celui de Qornet el-Sawda, point le plus haut au Moyen-Orient, atteignant 3 088 mètres. Les amateurs de vélo, de camping, d’ATV et de parapente seront dans leur élément aux Cèdres. Sur un tout autre plan, les visiteurs de ce week-end et du week-end prochain pourront profiter du programme du fameux Festival des Cèdres, dont le coup d’envoi est prévu demain, samedi 29 juillet, et qui s’étendra jusqu’au 5 août.

Restauration
Les régions des Cèdres et de Bécharré sont riches en hôtels, maisons d’hôte et restaurants offrant les spécialités de la région comme le fromage de chèvre, la kebbé nayyé, la kebbé krass ou les fweregh.
Une fois aux Cèdres, il est recommandé, pour couronner le séjour, de passer par la fameuse localité de Oyoun Ourgoch sur la route reliant Bécharré à la Békaa. Pour cela, il faudra compter 20 minutes en voiture. Oyoun Ourgoch est une oasis où des nappes aquatiques reflètent les rayons du soleil et déconnectent littéralement les vacanciers du monde extérieur. Les truites qui font le régal des gourmets ont élu domicile dans ces lacs transformant la région en un immense parc naturel plus proche du paradis que de la réalité.
La région de Bécharré et des Cèdres est certes attirante et propose un climat et un emplacement exceptionnels, mais il faudra bien plus qu’un seul week-end pour découvrir tout son mystère. La première visite ne peut qu’entraîner d’autres qui finiront par vous lier spirituellement à ce village maronite édifié au creux des montagnes et gardant jalousement son sillon sacré jalonné par les ermitages, les églises et les monastères, et arrosé de tous les côtés par des sources qui se déversent joyeusement en son sein en chute libre.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*