LIBAN : À l’USJ, un affrontement entre logique onusienne et peurs libanaises

 


Vue du premier panel, particulièrement animé (de gauche à droite) : Aïda Azar, professeur de droit international public à la faculté de droit et des sciences politiques de l’USJ, Alia Aoun, conseillère juridique auprès du ministère libanais des Affaires étrangères, l’ancien ministre Chakib Cortbaoui et Karolina Lindholm Billing, représentante adjointe du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Photos Michel Sayegh

DÉPLACÉS SYRIENSLe Centre d’études et de recherches pour le monde arabe de l’USJ a organisé, en coopération avec le HCR, trois panels de réflexion sur le dossier des réfugiés, vite rattrapés par les tensions politiques.

25/10/2017

La journée de réflexion sur les réfugiés organisée par le Centre d’études et de recherches pour le monde arabe (Cedroma) de la faculté de droit de l’USJ a renvoyé une image réduite des tensions qui s’exacerbent sur le dossier, atteignant un degré inédit d’identitarisme et de violence « malsaine, voire suspecte », pouvant préluder à de dangereux dérapages. L’approche juridique conciliatrice, soutenue par la doyenne de la faculté de droit, Léna Gannagé, et la directrice du Cedroma, Marie-Claude Najm, s’est avérée cruciale pour couvrir tous les aspects du dossier et déconstruire certains préjugés……

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*