اخبار عاجلة

Le pire de la guerre est “derrière nous”, estime Assad

Le président syrien Bachar el-Assad a assuré que les pires heures de la guerre dans son pays appartiennent désormais au passé. Photo d’archives AFP
SYRIE“Les choses vont aujourd’hui dans la bonne direction”, affirme le président syrien

OLJ/AFP

04/06/2017

Le président syrien Bachar el-Assad a assuré que les pires heures de la guerre dans son pays appartiennent désormais au passé, après une série d’avancées de ses troupes sur le terrain, appuyées par l’allié russe.

L’armée syrienne et ses alliés ont repris ces derniers mois le contrôle de plusieurs zones, notamment la deuxième ville du pays Alep au terme d’années de combats

“A moins que l’Occident (…) et ses alliés, ses marionnettes, soutiennent massivement ces extrémistes, je suis sûr que le pire est derrière nous”, a déclaré le président syrien, dans un entretien publié samedi par la présidence syrienne

 

Lors de l’interview, M. Assad a une nouvelle fois nié toute responsabilité dans l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun dans la province rebelle d’Idleb (nord-ouest) survenue en avril et qui avait coûté la vie à 88 personnes dont 31 enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme  OSDH

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement. Elle a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés

Lors des derniers pourparlers de paix en mai au Kazakhstan, la Russie et l’Iran, alliés de Bachar el-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté un plan russe visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions

“Nous n’avons pas eu jusqu’à présent de véritable initiative politique (…) même si Astana a permis d’obtenir des résultats, disons partiels, à travers (la mise en place de) zones de désescalade en Syrie, ce qui est positif”, a affirmé le président syrien

Le président syrien Bachar el-Assad a assuré que les pires heures de la guerre dans son pays appartiennent désormais au passé, après une série d’avancées de ses troupes sur le terrain, appuyées par l’allié russe

L’armée syrienne et ses alliés ont repris ces derniers mois le contrôle de plusieurs zones, notamment la deuxième ville du pays Alep au terme d’années de combats

“A moins que l’Occident (…) et ses alliés, ses marionnettes, soutiennent massivement ces extrémistes, je suis sûr que le pire est derrière nous”, a déclaré le président syrien, dans un entretien publié samedi par la présidence syrienne

ors de l’interview, M. Assad a une nouvelle fois nié toute responsabilité dans l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun dans la province rebelle d’Idleb (nord-ouest) survenue en avril et qui avait coûté la vie à 88 personnes dont 31 enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme OSDH

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement. Elle a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés

Lors des derniers pourparlers de paix en mai au Kazakhstan, la Russie et l’Iran, alliés de Bachar el-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté un plan russe visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions

“Nous n’avons pas eu jusqu’à présent de véritable initiative politique (…) même si Astana a permis d’obtenir des résultats, disons partiels, à travers (la mise en place de) zones de désescalade en Syrie, ce qui est positif”, a affirmé le président syrien

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*