La dignité, mais ensuite

L’ÉDITORIAL
Issa GORAIEB | OLJ22/11/2017

N’importe quel réalisateur ou directeur de casting vous le dira : au théâtre comme au cinéma, il est des rôles qui ne conviennent guère à certains acteurs, quelque immense et varié que puisse être leur talent ; ça ne colle tout simplement pas.

Ainsi, le chef du Hezbollah se défendant, la main sur le cœur, d’avoir livré un seul pistolet aux rebelles du Yémen ou d’ailleurs, cela ne surprend pas trop, c’est presque de bonne guerre. Hassan Nasrallah se souciant comme d’une guigne du verdict sans appel prononcé dimanche dernier contre sa milice par la Ligue des États arabes, c’est rigoureusement dans la ligne de l’arrogante politique de défi qu’affectionne Téhéran. Mais de là à voir cet homme qui se décline lui-même comme un simple soldat aux ordres du guide suprême, qui envoie ses combattants guerroyer partout où l’exige la République islamique, prier les Arabes de ficher la paix au Liban…

lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*