Il l’appelle  Mon amour chéri  , elle répond Mon cher amour
 


 


« Correspondance, 1944-1959 », de Albert Camus et Maria Casarès. RelaxNews / Courtesy of Gallimard
PENDANT CE TEMPS, AILLEURS…L’amour en 865 lettres entre Albert Camus et Maria Casarès rassemblées par Gallimard.

OLJ
14/11/2017
Il l’appelle « Mon amour chéri », elle répond « Mon cher amour »… Les 865 lettres, rassemblées par Gallimard dans l’épais volume consacré à la correspondance amoureuse entre l’écrivain Albert Camus et la comédienne Maria Casarès, brûlent des feux de la passion.

« Leurs lettres font que le monde est plus vaste, l’espace plus lumineux, l’air plus léger simplement parce qu’ils ont existé », écrit Catherine Camus, la fille du Prix Nobel de littérature, à l’origine de la publication de cet ouvrage exceptionnel. Cette correspondance sortie cette semaine n’avait jamais été publiée.
Maria Casarès et Albert Camus se sont rencontrés à Paris le 6 juin 1944, jour du débarquement allié en Normandie. Elle a 21 ans, il en a 30. Camus est marié (et le restera) à Francine Faure, mère des jumeaux Catherine et Jean Camus.
Lorsque les deux amants se rencontrent, Francine est à Oran en Algérie. Elle revient à Paris en septembre 1944, et Maria Casarès, déchirée, rompt avec Camus. L’auteur de L’étranger est inconsolable.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*