Einstein en 1921 : On me reproche sans doute d’être juif, et d’introduire un esprit novateur

 

Albert Einstein (1879-1955) physicien auteur de la theorie de la relativite et sa 2e femme Elsa Lowenthal a bord du SS Belgenland allant d’Anvers a New York en decembre 1930 — Albert Einstein (1879 – 1955) physician author of the Relative Theory and his 2nd wife Elsa Lowenthal on the SS Belgenland boat coming from Antwerp to New York in december 1930LES ARCHIVES DU FIGARO – Le 10 décembre 1922, Albert Einstein reçoit le prix Nobel de physique. L’occasion de découvrir un long entretien paru dansnos colonnes. Albert Einstein y évoque son enfance, sa théorie sur la relativité, ses recherches et son antimilitarisme.

En 1921, le journaliste Raymond Recouly fait une enquête en Allemagne où il rencontre Albert Einstein. La conversation présentée ci-dessous est faite de questions réponses entre le journaliste et le savant; elle est entrecoupée de longues observations personnelles du journaliste. Afin de rendre plus aisée la lecture de l’interview, nous nous sommes autorisés quelques ajouts dans le texte.

Article paru dans Le Figaro du 13 octobre 1921.

Raymond Recouly – Voulez-vous me permettre, lui dis-je, une question préalable et pour moi, comme d’ailleurs pour beaucoup d’autres, essentielle? Est-il indispensable, pour comprendre vos théories, de posséder une haute culture mathématique? C’est l’avis de mon cher maître Bergson, qui m’apprit autrefois au lycée Henri IV le peu de philosophie que je sais.

Einstein se recueille un instant. Puis, de sa voix posée, avec un regard tranquille, il me répond «Non.»

Albert Einstein – Pour aller jusqu’au fond de ma pensée, la connaissance des mathématiques supérieures s’impose évidemment. Tout finit par des calculs difficiles, par des équations compliquées. Comment les suivre si l’on n’est pas un bon mathématicien? Mais on peut très bien, sans se noyer dans ces calculs, avoir une idée suffisamment claire des notions sur lesquelles je m’appuie. Il suffit de bien connaître les principes fondamentaux de la physique et de la mécanique, les lois de la pesanteur, de la gravitation universelle, etc. Il faut en être pénétré, les porter en soi.

Le journaliste dresse alors un portrait du célèbre physicien.

…Un homme vigoureux et solide, plutôt massif, d’assez forte corpulence. Il a quarante-deux ans, mais il n’en paraît pas loin de cinquante. Une tête puissante, le front très large et très découvert les cheveux abondants, redressés en coup de brosse, ramenés légèrement en arrière. L’aspect celui est d’un artiste, d’un musicien de génie plutôt que d’un philosophe ou d’un savant. Einstein, d’ailleurs, a une véritable passion pour la musique, qu’il a apprise lui-même sans professeur. Il joue fort bien du piano et du violon. Ses dieux préférés sont Mozart et Bach. L’impression dominante est celle d’une prodigieuse force intellectuelle, tranquille, confiante et sûre d’elle-même.

Albert Einstein, d’origine juive, est né à Ulm, le 14 mars 1879. Presque aussitôt après sa naissance, ses parents l’emmenèrent à Munich, où son père prit, la direction d’une usine électrique. Sa famille, très aisée, habitait une jolie demeure entourée d’un vaste jardin. Son père était un homme instruit, cultivé, sa mère une femme énergique et souriante. C’est dans ce milieu très heureux que s’écoulèrent ses premiers ans.

Albert Einstein (1879-1955) physicien suisse d’origine allemande avec sa 1ere femme Mileva Maric c. 1911 — Albert Einstein (1879-1955) swiss physicist (german born) with his first wife Mileva Maric in Zurich in 1911

Au moment de son adolescence, la mauvaise fortune s’abattit sur les siens. L’entreprise paternelle périclita. Ses parents s’en allèrent à Milan, et pour les enfants commença une existence de préoccupations, de privations et de travail. Albert mena en Suisse une vie d’étudiant pauvre. Il fréquenta l’école cantonale d’Aarau et passa ses premiers examens à Zurich, où il suivit les cours à l’École supérieure technique. Sa thèse de doctorat est consacrée à une question de physique. En 1902, il accepte, comme gagne-pain, et aussi afin de pouvoir épouser une de ses camarades d’Université (l’actuelle Mme Einstein est sa seconde femme), une place d’ingénieur à l’Office national des brevets à Berne. Il était, entre temps, devenu citoyen suisse.

L’antimilitarisme d’Einstein……

Lire la suite

 

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*