ÉCONOMIE, Tourisme : une saison des fêtes déjà décevante

Malgré un nombre de visiteurs globalement en hausse sur l’année, les performances du secteur en fin d’année ont été partiellement plombées par les tensions diplomatiques.

29/12/2017

À Beyrouth, les embouteillages ont redoublé d’intensité et les centres commerciaux sont pleins à craquer. Comme chaque année, la période des fêtes de fin d’année coïncide avec le retour en masse des Libanais de la diaspora.

Mais les apparences sont trompeuses. Les professionnels du secteur touristique ont beau se féliciter d’un été réussi – le meilleur en 5 ans, selon le secrétaire général du syndicat des hôteliers, Wadih Kanaan – la vraie-fausse démission du Premier ministre le 4 novembre dernier a envoyé une onde de choc dans toute la région et mis fin à cette embellie. L’annulation de cette décision un mois plus tard n’a pas permis aux hôtels et aux restaurants d’engranger les recettes espérées. Les chiffres les plus révélateurs sont ceux du nombre de vols au départ et à l’arrivée de l’aéroport international de Beyrouth. Selon Jean Abboud, président de l’Association des agences de voyages au Liban, leur nombre a stagné, alors qu’il avait augmenté à la même période de l’année dernière. « Hors période des fêtes, il y a 65 vols par jour. En décembre 2016, la fréquence était de 85 vols par jours. Cette année, nous sommes restés à 65 », explique-t-il à L’Orient-Le Jour. « L’année était bonne, et même meilleure que 2016, jusqu’à la démission du Premier ministre, Saad Hariri. Globalement, la performance du secteur touristique en 2017 devrait donc rester à peu près égale à celle de 2016. »

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*