اخبار عاجلة

ÉCONOMIE, Roy Badaro : La vision économique avant la politique de gestion


L’économiste Roy Badaro. Photo D. R.

INTERVIEWAlors que le gouvernement libanais vient d’engager le cabinet de conseil américain McKinsey & Company pour aider à « restructurer » l’économie du pays, Roy Badaro, économiste et ancien de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead), déplore l’absence de vision qui caractérise la politique économique du pays.

10/01/2018

Quel bilan pouvez-vous dresser de la première année du gouvernement nommé en décembre 2016 par le Premier ministre, Saad Hariri ?

Le Liban vient de clôturer une nouvelle année mitigée sur le plan économique, avec une croissance estimée à plus ou moins 2 % selon que l’on se base sur les estimations du Fonds monétaire international ou de la Banque mondiale. Il y a eu des avancées, quoique imparfaites, comme sur le dossier des hydrocarbures offshore, mais certains problèmes structurels importants demeurent, comme au niveau de la gouvernance globale et plus spécifiquement dans le secteur de l’électricité. Beaucoup d’annonces, enfin, n’ont pas été suivies d’effet, souvent en raison de différends dus à des visions politiques antinomiques. Le Liban n’a pas encore fait ses choix pour le siècle en cours.

Ces résultats mitigés ne sont-ils pas en grande partie liés aux répercussions sur l’économie libanaise du conflit syrien qui a débuté en 2011, ainsi qu’à la crise politique qu’a traversée le pays suite à la « vraie-fausse » démission de M. Hariri, début novembre, à Riyad ?

…….

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*