اخبار عاجلة

ÉCONOMIE : Reprise de l’activité des banques alpha en 2016

FINANCE

OLJ
10/03/2017

Les actifs cumulés des banques alpha – les 14 banques du Liban dont les dépôts excèdent 2 milliards de dollars – ont atteint 216,9 milliards de dollars fin décembre 2016, en hausse de 6,5 % en un an (contre +4,8 % à fin décembre 2015), a indiqué hier le cabinet Bankdata Financial Services dans son dernier rapport dédié. Une performance jugée « satisfaisante » malgré un contexte « difficile », a estimé le cabinet, qui relève également une hausse de 11,5 % des bénéfices nets cumulés de ces établissements, à près de 2,3 milliards de dollars.
Bankdata souligne toutefois la baisse de 10,6 % en valeur nominale de l’activité des filiales de ces 14 banques à l’étranger, liée à la « dépréciation des devises » dans les marchés où ces dernières opèrent. Le rapport rappelle à cet égard que les livres égyptienne et turque ont perdu 58 % et 18 % de leurs valeurs respectives par rapport au dollar en 2016.

Excès de liquidités en livres
Selon le rapport, les dépôts des banques alpha – qui représentent « 81 % » de leurs actifs – ont affiché pour leur part « la même performance » que les actifs, atteignant 174,8 milliards de dollars à fin décembre 2016 (+3,9 %). Plus en détail, la valeur nominale des dépôts effectués à l’étranger a baissé de 12,3 %, contre une hausse de 7,5 % pour ceux effectués au Liban. Bankdata note également que la hausse des dépôts au Liban a été principalement portée par ceux effectués en devises, en hausse de 9,2 %, tandis que ceux en livres ont progressé de 4,5 %.
Dans ce contexte, les banques alpha ont accordé pour un peu plus de 65,1 milliards de prêts à fin 2016, en hausse de 2,2 %. Le rapport explique de plus que « la croissance à deux chiffres » des prêts en livres (+13,5 %, contre +1,4 % pour ceux en devises) a été atteinte grâce aux plans de relance de la Banque du Liban (BDL) ainsi qu’à « l’excès de liquidités en livres résultant des opérations de “Swap” lancées par cette dernière » en 2016.
Pour rappel, la BDL a affirmé avoir cédé plus de 12 milliards de dollars de titres de dette publique en devises à des banques libanaises entre mai et août 2016, et leur avait également racheté, en parallèle des obligations publiques en livres pour un montant équivalent, à taux d’escompte de 0 %. Cette opération a notamment eu pour effet d’engendrer un excès de liquidité en livres libanaises des banques et une baisse de leurs liquidités en dollars.
Bankdata précise en outre que la part des dépôts en livres a atteint 40,5 % à fin 2016, contre 18 % un an plus tôt. Le cabinet relève également une baisse du taux de créances douteuses, qui a atteint « 5,38 % sur cet exercice contre 5,51 % » fin 2015, pour un taux de provisions des créances douteuses de 75,62 % (contre 73,98 % un an plus tôt). Le cabinet note enfin l’amélioration du rendement sur actifs moyens en 2016, à 1,08 % (contre 1,02 % un an plus tôt), pour un rendement sur fonds propres de 11,77 % sur la même période (11,47 % fin 2015).

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*