ÉCONOMIE Pourquoi le nouveau mandat de Salamé rassure les marchés

 

Gouverneur de la Banque centrale depuis 1993, M. Salamé a été nommé pour un cinquième mandat consécutif expirant en 2023. Archives Reuters
POLITIQUE MONÉTAIREPour les milieux financiers, la reconduction du gouverneur de la BDL pour un cinquième mandat consécutif est un gage de continuité, notamment monétaire

30/05/2017

 

La reconduction pour six ans de Riad Salamé à la tête de la Banque centrale (BDL), actée mercredi par le Conseil des ministres, a suscité une réaction enthousiaste des milieux économiques et financiers libanais, qui semblent partager les propos du président de l’Association des banques du Liban (ABL), Joseph Torbey, dépeignant M. Salamé comme :  l’homme le mieux placé pour assurer cette fonction
« Les marchés ont réagi positivement à la reconduction de M. Salamé dès le lendemain, avec notamment une hausse de la demande sur la livre libanaise et les eurobonds », affirme à L’Orient-Le Jour le directeur du département de recherche de Bank Audi, Marwan Barakat. « Le “spread” sur les Credit Default Swap (CDS) à cinq ans du Liban, qui évalue la perception des marchés du risque souverain d’un pays, a baissé de 25 points de base, à 370 points de base depuis la reconduction », poursuit-il
« C’est une convergence des intérêts des marchés, des banques ainsi que le climat extérieur actuel qui ont conduit à la nomination de M. Salamé. On a laissé penser qu’il y aurait une mauvaise réaction des marchés dans le cas contraire et créé un sentiment de peur qui a poussé le président de la République à reconduire M. Salamé », estime de son côté Louis Hobeika, professeur d’économie à l’Université Notre-Dame de Louaizé

Gage de stabilité
Car la reconduction de M. Salamé est d’abord perçue comme un gage apporté au maintien de la politique de stabilité du taux de change. « La meilleure garantie pour le maintien de la stabilité de la livre est la politique menée par M. Salamé depuis les 24 dernières années », avance le directeur général adjoint de la SGBL, Georges Saghbini. Cette priorité donnée à la stabilité monétaire a d’ailleurs conduit le gouverneur à entreprendre des opérations de grande ampleur pour faire notamment face à l’impact de cette politique sur ses réserves en devises, comme les fameuses opérations d’ingénierie financière officiellement menées pendant l’été 2016 par la BDL. Pour rappel, la BDL a affirmé avoir cédé plus de 12 milliards de dollars de titres de dette publique en devises à des banques libanaises et leur avait racheté des obligations publiques en livres pour un montant équivalent, à taux d’escompte de 0 %. « Dans un contexte régional perturbé par des dévaluations monétaires en Turquie, en Égypte et évidemment en Syrie, il valait mieux prévenir que guérir », plaide M. Saghbini
De fait, l’un des effets directs de ces opérations est d’avoir permis à la BDL de retrouver des marges de manœuvre : ses réserves brutes en devises ont atteint 34 milliards de dollars fin 2016, en hausse de 11,1 % en un an, alors qu’elles avaient baissé de 5,4 % en 2015, tandis que la balance des paiements a enregistré un excédent de 1,24 milliard de dollars fin 2016, contre un déficit de 3,35 milliards de dollars fin 2015. Elles ont aussi dopé la croissance du bilan des banques libanaises qui a augmenté de 9,9 % entre 2015 et 2016, à 204,3 milliards de dollars
Mais elles ont aussi suscité des critiques importantes. D’abord sur la transparence de la communication sur ces opérations et l’ampleur des revenus immédiats générée à cette occasion : selon la BDL, ces opérations ont permis aux banques participantes d’engranger environ 5 milliards de dollars de revenus immédiats, la BDL enregistrant un montant identique. Ensuite, sur les risques induits portés par ces opérations : par exemple, la Banque mondiale a renouvelé dans plusieurs rapports des mises en garde contre une réédition de ce type d’intervention, s’inquiétant notamment de l’impact de la hausse de liquidités en livres libanaises dans les banques commerciales. À cet égard, M. Salamé a affirmé à plusieurs reprises que cette opération ne devrait pas être renouvelée, même si plusieurs médias locaux ont rapporté que d’autres opérations avaient été menées officieusement

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*