ÉCONOMIE Opération séduction de Chypre envers les investisseurs libanais


Le tourisme fait partie des secteurs que le gouvernement chypriote veut mettre en valeur auprès des investisseurs libanais Patrick Baz/AFP

COOPÉRATIONLe gouvernement et le secteur privé chypriotes cherchent à attirer des capitaux libanais dans l’immobilier et le tourisme

15/06/2017
En visite officielle au Liban depuis lundi, la délégation menée par le président de la République de Chypre, Nicos Anastasiades, a lancé hier une véritable opération séduction pour convaincre le secteur privé libanais d’investir sur l’île d’Aphrodite. La démarche chypriote s’est manifestée lors d’un forum d’affaires organisé à Beyrouth par la Fédération des Chambres libanaises de commerce  FCCIAL

« Chypre a réalisé une croissance de 2,8 % en 2016, soit la deuxième plus forte en Europe (sur cette période, NDLR). Et nous venons d’enregistrer une croissance de 3,3 % sur le seul premier trimestre 2017 », s’est réjouie la directrice générale de l’Agence chypriote pour la promotion de l’investissement, Natasa Pilides, dans un discours prononcé devant une centaine d’entrepreneurs libanais. « Nous avons (déjoué tous les pronostics) et su résorber les effets de la crise de 2013 en moins de deux ans », a renchéri le ministre chypriote de l’Énergie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Georges Lakkotrypis, accompagné par des représentants d’une soixantaine d’entreprises chypriotes.


Plaque tournante

L’économie de Chypre revient de loin, après la grave crise financière qui a notamment conduit à l’effondrement de son secteur bancaire il y a quatre ans. Une situation qui a mené Chypre à solliciter un prêt de 10 milliards d’euros octroyé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), en échange d’une série de mesures d’austérité draconiennes. L’île a finalement renoué avec la croissance fin mars 2015 (PIB en hausse de 1,5 %), après 14 trimestres d’affilée de contraction de son économie
Forte de sa dynamique actuelle, l’île semble de plus regorger d’opportunités pour les investisseurs du pays du Cèdre. « L’économie chypriote a encore un fort potentiel de croissance (…) car le pays est une plaque tournante de l’Europe. Il y a également une réelle visibilité fiscale pour les entreprises à Chypre, et l’un des principaux objectifs du gouvernement actuel est d’attirer les investissements étrangers », confie à L’Orient-Le Jour Shadi Karam, président de la banque chypriote AstroBank. Cet établissement a été acquis en décembre dernier par un consortium d’investisseurs mené par Maurice Sehnaoui, PDG de la BLC Bank. « Nous sommes en lice pour acquérir deux autres banques (dans ce pays) », a annoncé M. Karam

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*