ÉCONOMIE : La BDL réfute tout arrêt des prêts subventionnés

 


Vendredi, le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, a réfuté toute décision concernant l’arrêt des prêts subventionnés. Photo Thomas Hage Boutros
FINANCE
OLJ
09/10/2017Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a réfuté vendredi, dans une déclaration à la LBCI, toute décision de la Banque centrale concernant l’arrêt des prêts subventionnés, qui s’inscrivent dans le cadre des plans de relance de la BDL visant à soutenir le secteur privé. Une réponse à des informations relayées en fin de semaine, notamment par le site d’information local Lebanon Debate, affirmant que la BDL avait, « contre toute attente, publié une circulaire (sans donner les références du texte, NDLR) pour mettre fin aux prêts subventionnés. » Le site évoquait en outre une décision prise à une période « sensible » pour les finances publiques du pays, alors que la nouvelle mouture du projet de loi contenant les mesures fiscales devant financer le relèvement de la grille des salaires de la fonction publique doit être en principe examinée aujourd’hui par le Parlement. Un premier projet de loi, voté en juillet, avait été suspendu puis annulé par le Conseil constitutionnel courant septembre, quelques jours après son entrée en vigueur.

Nouveau plan de relance
M. Salamé a précisé de son côté que le budget affecté au financement de ces prêts en 2017 était « arrivé à terme » et que la BDL préparait une nouvelle enveloppe pour 2018. Courant septembre, le vice-gouverneur de la BDL, Saad Andary, avait déjà indiqué à L’Orient-Le Jour que la Banque centrale était en train de préparer un nouveau plan de relance pour 2018, évoquant un montant situé entre 1 milliard et 1,2 milliard de dollars. Il avait ajouté que ce nouveau plan, qui doit normalement obéir au même mécanisme que les précédents, devrait être finalisé début octobre « au plus tard. »
Le dernier plan de relance de la Banque centrale, lancé par la circulaire intermédiaire n° 444 du 12 novembre 2016 et d’un montant en livres équivalent à 995 millions de dollars, devait s’étendre jusqu’au 15 octobre 2017 – à moins que l’enveloppe allouée ne soit épuisée avant cette date. Il s’agissait du cinquième plan de ce type lancé par la BDL depuis 2015, pour une enveloppe totale d’environ 5 milliards de dollars, principalement consacrée à financer des prêts au logement. Le mécanisme est le suivant : la BDL accorde cette enveloppe de crédits en livres aux banques libanaises à un taux d’intérêt de 1 %, à charge pour ces dernières de les distribuer au secteur à un taux maximal de 6 %. Les prêts subventionnés dans le cadre de ce plan ne peuvent cependant pas servir à refinancer ou à rembourser d’anciens prêts, ni à financer l’acquisition de parts sociales ou de participations financières, entre autres conditions.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*