ÉCONOMIE Hausse de la demande immobilière au 4e trimestre 2016

Le directeur du département de recherche de la Byblos Bank, Nassib Ghobril, met en garde « contre l’instauration de taxes et de charges additionnelles dans le secteur » immobilier. Photo D. R.
INDICATEUR
OLJ
08/02/2017

La demande des Libanais sur le marché immobilier a augmenté de 17,5 % au quatrième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent, à une moyenne mensuelle de 46,5 points, selon le dernier indice de la demande sur le marché de l’immobilier de la Byblos Bank.

Il a en revanche baissé de 4,3 % par rapport au quatrième trimestre 2015 (48,5 points). Le score du quatrième trimestre est inférieur de 25,5 % à la moyenne mensuelle de l’indice depuis sa création en juillet 2007 (62,4 points) et représente une baisse de 64,5 % par rapport au pic enregistré pour le deuxième trimestre 2010 (131 points).
Selon l’étude, seuls 5,3 % des Libanais ont déclaré au quatrième trimestre planifier d’acheter ou de construire un bien immobilier dans les six prochains mois. Cette proportion s’élevait à 7,1 % en moyenne entre juillet 2007 et septembre 2016, avec un pic de près de 15 % au deuxième trimestre 2010.
La hausse trimestrielle de la demande immobilière est en grande partie imputable « aux développements positifs de la situation politique », a commenté le directeur du département de recherche de la Byblos Bank, Nassib Ghobril, cité dans un communiqué. Cet impact « restera limité si il n’est pas accompagné de mesures pour stimuler la demande », a-t-il néanmoins ajouté, suggérant notamment une baisse « de 50 % les frais d’enregistrement des unités résidentielles achetées, pour une durée de deux ans ».
Au niveau des régions, c’est au Mont-Liban que la demande sur le marché de l’immobilier est la plus élevée au quatrième trimestre, suivi par le Liban-Nord, la Békaa, Beyrouth, et le Liban-Sud. En outre, seul Beyrouth (-4 %) a enregistré une baisse de la demande par rapport au trimestre précédent, contre des hausses respectives de 80 %, de 31,4 %, de 6,6 % et de 5,5 % dans le Liban-Nord, le Liban-Sud, la Békaa et le Mont-Liban.
En ce qui concerne les catégories de salaires, la demande des ménages sur le trimestre a augmenté parmi les Libanais dont les revenus sont inférieurs à 1 500 dollars par mois et ceux dont les revenus sont supérieurs à 2 500 dollars par mois, indique un communiqué de la Byblos Bank.
L’indice se base sur des données recueillies via une enquête-sondage menée mensuellement par l’institut Statistics Lebanon auprès d’un échantillon aléatoire de 1 200 Libanais. Il est calculé sur une base mensuelle depuis juillet 2007, avec le mois de novembre 2009 comme référence (base : 100).

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*