ÉCONOMIE : Douze Libanaises dans le top 100 des femmes d’affaires arabes en 2017


Élissar Farah Antonios, directrice de la Citibank aux Émirats arabes unis, première femme d’affaires libanaise à apparaître dans le classement. Photo D.R.
CLASSEMENT
OLJ
25/07/2017

Douze Libanaises figurent dans le classement annuel des 100 femmes d’affaires arabes les plus puissantes, réalisé par le magazine Forbes Middle East. Le Liban est le troisième pays le plus représenté dans la liste, après les Émirats arabes unis (18 femmes) et l’Égypte (16). L’année dernière, onze Libanaises étaient retenues dans ce classement. Cette année, deux nouvelles banquières apparaissent tandis que l’une d’entre elles a été retirée. Élissar Farah Antonios, directrice de la Citibank aux Émirats arabes unis, et Joumana Chelala, directrice adjointe des services bancaires aux particuliers à la Byblos Bank, ont été incluses, tandis que le nom de Noor Sweid, citée en 2016 comme partenaire dans le fonds d’investissement Leap Ventures, disparaît.
« Cette année, en particulier, les femmes à travers le monde arabe semblent briser les plafonds de verre qui subsistent. Le secteur le plus concerné est le secteur bancaire », peut-on lire dans le communiqué. « Les banques de la région ont promu aux plus hautes fonctions plusieurs femmes qui les ont servies depuis longtemps, et avec des résultats impressionnants», ajoute le communiqué, qui précise que le secteur bancaire représente 28 % de son classement 2017.
À la 31e place, Élissar Farah Antonios est la première femme d’affaires libanaise à apparaître dans le classement, suivie par Randa el-Assaad, qui dirige le cabinet de consultants Arif & Birtoak à Dubaï (58e). Mona Bawarshi, à la tête de la compagnie de transport turque Gezairi, suit de près (61e), tout comme Hala Fadel (66e), partenaire à Leap Ventures, et Ingie Chalhoub, présidente du groupe spécialisé dans le luxe Étoile (67e).
Joumana Chelala, Christine Sfeir, CEO de Treats Holding, et Caroline Fattal Fakhoury, vice-présidente du groupe de distribution libanais Fattal, ont respectivement été classées 79e, 81e et 85e.
Plus bas dans le classement, on trouve Nadia Cheaib (90e) directrice et fondatrice de ClinServ International – une entreprise de recherche médicale basée à Beyrouth. Elle est suivie de Myrna Soufan (94e), COO de la banque BEMO. Enfin, Sana Khater, directrice financière de Waha Capital, une société d’investissement basée à Abou Dhabi, et Jinan Zoya (99e), directrice générale de Family Business Council, une organisation basée à Dubaï, complètent le classement.
Ce dernier, publié chaque année depuis 2012, classe les femmes d’affaires selon leur position, la taille de l’entreprise au sein de laquelle elles travaillent (revenus, nombre d’employés…) et leur niveau d’influence. Selon ces critères, la femme d’affaires la plus puissante du monde arabe est la Saoudienne Lubna S. Olayan, PDG de l’entreprise Olayan Financing. La vice-gouverneure de la Banque centrale égyptienne, Lobna Helal, et Raja Easa al-Gurg, directrice du groupe émirati al-Gurg, complètent le podium.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*