اخبار عاجلة

ÉCONOMIE : Brèves monde

 

OLJ
03/08/2017

Déficit budgétaire
Oman emprunte 3,55 milliards de dollars auprès de la Chine

Le sultanat d’Oman a annoncé hier avoir emprunté 3,55 milliards de dollars auprès de banques chinoises pour couvrir son déficit budgétaire pour l’exercice 2017.
Au départ, le sultanat voulait lever 2 milliards de dollars sur le marché chinois, mais, suite à une forte demande, il a décidé d’augmenter le montant de l’emprunt à 3,55 milliards de dollars, a indiqué le ministère des Finances d’Oman dans un communiqué.
Cette opération a été précédée par deux autres emprunts sur le marché international : le premier sous forme d’une émission de bons du trésor d’un montant de 5 milliards de dollars, et le second de sukuks (bons compatibles avec la charia islamique) d’un montant de 2 milliards de dollars, selon la même source.
Oman, petit pays producteur de pétrole, avait annoncé en janvier un budget 2017 en déficit de 3 milliards de riyals (7,7 milliards de dollars) et confirmé sa politique d’austérité pour faire face à la baisse des recettes pétrolières. Le déficit de 2017 représente 12 % du PIB du sultanat, et le gouvernement avait fait état en janvier de son intention de s’endetter sur les marchés local et international pour financer 84 % du déficit, et de recourir à ses réserves en devises pour couvrir les 16 % restants, selon le communiqué.

Finance
Le FMI verse 824,8 millions de dollars à l’Irak

Le FMI a approuvé mardi soir le versement de 824,8 millions de dollars à l’Irak dans le cadre d’un crédit de 5,34 milliards de dollars accordé l’an passé.
Le Fonds estime que « les politiques économiques mises en place par les autorités irakiennes pour faire face aux chocs que connaît le pays – le conflit armé avec le groupe État islamique, la crise humanitaire et l’effondrement des prix du pétrole – sont appropriées ».
Il s’agit d’une troisième tranche de prêt au titre d’un accord triennal avec le FMI visant à aider le pays à rééquilibrer sa balance des paiements et assurer la viabilité de sa dette.
Lors de cet accord, annoncé en juillet 2016, l’Irak avait immédiatement bénéficié d’un prêt de 634 millions avant le versement d’une seconde tranche de 618 millions en décembre.

Crise du Golfe
Les sanctions économiques contre le Qatar « ne contredisent pas les accords de l’OMC »

Les sanctions économiques imposées au Qatar par les pays du Golfe ne violent aucun traité de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a annoncé mardi soir un responsable des Émirats arabes unis après une plainte déposée lundi par Doha auprès de l’institution.
Le blocus commercial imposé est conforme aux articles 21 et 14 de l’Accord général sur le commerce dans les services (AGCS), qui autorise de telles mesures pour des raisons de sécurité, a déclaré Muma Mohammad el-Kait, un sous-secrétaire adjoint du ministère de l’Économie, cité par l’agence de presse officielle WAM.
Depuis le 5 juin, l’émirat qatari est mis en quarantaine par ses voisins. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Bahreïn imposent un blocus, avec notamment la fermeture de leurs frontières terrestres et maritimes, ainsi que des interdictions de survol aux compagnies aériennes qataries. Le Qatar est accusé de soutenir des organisations terroristes et de se rapprocher de l’Iran, ce que Doha nie.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*