اخبار عاجلة

ÉCONOMIE : Brèves Liban

 

OLJ
26/08/2017
Grille des salaires

Taxes sur les billets d’avion : les voyagistes haussent le ton

L’Association des agences de voyages et de tourisme au Liban (Attal) s’est insurgée hier dans un communiqué contre « le chaos ambiant » lié à la décision des autorités de demander aux compagnies aériennes de prélever, à l’aéroport international de Beyrouth (AIB), les nouvelles taxes sur les billets d’avion. Dénonçant « l’absence d’un mécanisme d’application adéquat », l’Attal a également pointé du doigt « l’erreur » qui a obligé les passagers en classe économique à payer des frais supplémentaires alors que la taxe pour cette classe de voyage n’avait pas été augmentée. L’association a aussi salué la décision de plusieurs compagnies aériennes – dont Middle East Airlines – de ne pas demander à leurs passagers au départ de l’AIB de régler la différence entre les nouvelles taxes et les anciennes. Elle a enfin appelé les responsables à accorder un délai allant jusqu’au 1er octobre pour permettre aux acteurs du secteur de s’organiser.
Le Parlement a modifié, le 19 juillet, les taxes s’appliquant aux billets d’avion au départ de l’AIB pour des destinations à plus de 1 250 km – une mesure devant contribuer au financement de la grille des salaires de la fonction publique. La mise en application de ces nouvelles taxes a toutefois provoqué d’importantes perturbations, suite à plusieurs cafouillages survenus depuis leur entrée en vigueur, le 21 août. Selon le député Ibrahim Kanaan, le texte de loi a notamment été publié au JO avec une erreur sur le montant de la taxe devant être appliquée aux classes économiques et qui a été majorée, à tort selon lui, de 6,6 dollars.

Électricité

Nour el-Fayha veut augmenter les capacités de production de la Qadicha

La société Nour el-Fayha a annoncé hier, lors d’une conférence de presse à la Chambre de commerce de Tripoli et du Liban-Nord (CCIAT), être en mesure d’augmenter la production d’électricité de la concession de la Qadicha de 200 mégawatts supplémentaires d’ici à neuf mois.
« Ce projet a reçu des avis favorables de la part d’Électricité du Liban (qui possède 98 % du capital de la Qadicha, NDLR) et espère obtenir l’autorisation définitive du gouvernement », a confirmé à L’Orient-Le Jour le président de la CCIAT, Toufic Dabbousi. Selon lui, Nour el-Fayha propose d’installer des unités de production « qui fonctionnent au gaz. » Les dirigeants de la société ont en outre avancé que leur solution serait « 20 % moins cher » proportionnellement que le projet de location des navires-centrales pour lequel le Conseil des ministres a lancé un nouvel appel d’offres cette semaine, après avoir annulé celui qui avait été initié en avril par le ministère de l’Énergie et de l’Eau.
Nour el-Fayha a été créé en 2015 par l’ancien Premier ministre Nagib Mikati pour produire de l’électricité dans le nord du pays en profitant du dispositif mis en place par la loi d’avril 2014 qui autorise le gouvernement à délivrer des permis de production d’électricité au secteur privé. Initialement programmée pour deux ans, la loi a été prolongée pour une durée équivalente en novembre 2015.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*