« Dans le monde arabe, on ne parle jamais de sexe et en même temps on en parle tout le temps »

 


Leïla Slimani a été nouvellement nommée représentante de la francophonie par le président français Emmanuel Macron. John MacDougall/AFP
ENTRETIENLa jeune auteure franco-marocaine, Leïla Slimani, était l’invitée du Salon du livre de Beyrouth.

13/11/2017
La jeune auteure franco-marocaine, Leïla Slimani, prix Goncourt 2016 pour Chanson douce (Gallimard), et nouvellement nommée représentante de la francophonie par le président français Emmanuel Macron, était l’invitée du Salon du livre de Beyrouth. Connue pour sa plume romanesque, cette ancienne journaliste sait aussi braquer les projecteurs vers une cause qui lui tient à cœur, la sexualité chez les femmes au Maroc. Et elle ne mâche pas ses mots. Dans Sexe et mensonges, La vie sexuelle au Maroc (Les Arènes), la parole est donnée à des femmes, victimes, mais aussi à des activistes et des chercheurs qui tentent de faire évoluer les mentalités. Leïla Slimani tape un grand coup de pied dans la fourmilière d’un système patriarcal et hypocrite, qui persiste encore aujourd’hui, et ce dans la plupart des pays arabes. Rencontre.

 

Peu d’intellectuels ou de journalistes développent un esprit critique concernant la question de la sexualité dans le monde arabo-musulman, de peur d’être taxés d’islamophobe, ou d’être accusés de véhiculer des clichés orientalistes. Pensez-vous, à l’instar de l’écrivain algérien Kamel Daoud, que ce monde-là est effectivement « sexuellement » malade ?…..
Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*