CULTURE Sous un même toit pour la sauvegarde des vieilles demeures

11/05/2017

 

« Ce partenariat (avec L’Orient Le Jour), c’était une évidence », estime Nada Tarraf, productrice du film Le Cèdre et l’acier réalisé par Valérie Vincent. La rencontre avec le journal s’est faite naturellement, il y a trois ans, ajoute-t-elle. Face à la disparition progressive d’une partie de l’histoire de Beyrouth, causée par les destructions des bâtisses traditionnelles, agir pour arrêter le massacre était une volonté collective. Profitant de l’engagement sans répit qu’avait déjà le quotidien francophone sur le sujet, l’équipe du film s’est appuyée sur des articles du journal et a bénéficié d’un accès gratuit à toutes ses archives. –  Le quotidien nous a aussi assuré une belle promotion du film. De même qu’une ouverture importante vers l’étranger. Le journal constitue un pont très important vers la diaspora francophone », assure la productrice. « Soixante-dix pour cent de ses lecteurs sur le web sont à l’étranger, dont 40 % se trouvent en France. L’OLJ était donc le média idéal pour donner des échos internationaux au projet et toucher une de nos cibles principales, à savoir la diaspora

Sensibiliser tous les Libanais du monde
« C’est grâce à sa diaspora que le Liban pourra sauver son patrimoine », assure Mme Tarraf. Ce phénomène de destruction massive touche son identité et les Libanais vivant à l’étranger se sentent davantage concernés. Cela s’est confirmé sur la plateforme de financement participatif Zoomaal, où la majorité des donateurs pour le film étaient des expatriés. Le Liban s’est en partie reconstruit grâce à sa diaspora et c’est elle qui peut faire pression pour influencer des décisions, estime-t-elle. L’ambition de ce film est qu’il devienne institutionnel et sensibilise un maximum de personnes. « Ce film documentaire a une valeur d’archives et doit être transmis aux générations futures pour témoigner de ce que fut Beyrouth à un moment donné. Il est authentique, sans scènes rejouées, humain, poétique et nostalgique », indique la productrice. Tourné dans l’immeuble où vit la réalisatrice Valérie Vincent, cette dernière a voulu raconter son histoire et sa tristesse face à ce « pillage culturel » venant éradiquer la mémoire d’un peuple

Arme de construction massive
« Un documentaire n’a jamais fait une révolution, mais c’est une marche de franchie dans une lutte engagée. » Ce film est une pierre ajoutée à l’édifice du combat contre les tours d’acier faisant fausse note dans les quartiers exigus. Et en plus des images, la musique du film signée Jean-Claude Chapuis, jouée par des instruments en verre, est également très symbolique. Elle témoigne de la fragilité du sujet, identique à la fragilité de ces bâtiments centenaires pouvant être détruits à tout moment. Afin de faire voyager Le Cèdre et l’acier, mais aussi d’envisager des programmations en salle, l’équipe du film est à la recherche de financements et de partenaires. « Il faut faire du bruit », conclut Nada Tarraf, remerciant le journal pour l’aide apportée. –  L’Orient-Le Jour est aussi un producteur du film, à sa façon

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*