CULTURE : Quels 8 rendez-vous culturels à ne pas rater les 14 prochains jours

D.R.

SÉLECTION
Par Maya GHANDOUR HERT, Colette KHALAF, Gilles KHOURY, Danny MALLAT et Zéna ZALZAL

OLJ20/01/2018

Parce que, souvent, on a envie de sortir, mais pas forcément d’aller au restaurant, et parce que la nourriture intellectuelle est aussi importante que celle des bedons, voici huit rendez-vous testés, approuvés ou qui titillent notre curiosité. Ces deux semaines, le débat des idées bat son plein pendant que les trottoirs de Badaro s’animent et que l’on se presse pour visionner une sélection affinée de films européens. En écoutant pour la millionième fois l’inoxydable « Sugar Daddy » de Fleetwood Mac.

Exposition
100 portraits / Saleh Barakat Gallery

En accrochant, jusqu’au 3 mars, une sélection d’une centaine de pièces picturales et sculpturales sur le thème de la figure humaine, la Saleh Barakat Gallery (Clemenceau) offre une vue d’ensemble de l’évolution de ce genre au fil des décennies et des courants du XXe siècle jusqu’à nos jours. L’occasion de (re)découvrir des pionniers de la peinture libanaise, tels Habib Srour, César Gemayel, Youssef Hoayek ou Khalil Saliby, passés maîtres dans la représentation idéalisée du sujet bourgeois. Et, en comparant, de saisir la force de la réappropriation, sinon de la réinterprétation, du portrait par les artistes modernes et contemporains, tels Paul Guiragossian, Farid Aouad, Helen Khal, Marwan… Mais encore plus près de nous, Ayman et Oussama Baalbacki, Abdulrahman Katanani, Hady Sy et, la petite dernière (gagnante de la première saison de Génération Orient), Hala Ezzeddine…

Concert
Nahawand / Metro al-Madina

Le programme Metrophone, au Metro al-Madina, et qui rend hommage aux grandes voix libanaises, présente les 23 et 30 janvier la jeune interprète Chantal Bitar qui reprend un florilège des titres de Nahawand, appelée l’Édith Piaf du Liban. De son vrai nom Lara Keyrouz, Nahawand, décédée en 2014 à l’âge de 81 ans, avait reçu la médaille du Mérite en appréciation de sa contribution à l’essor de la chanson libanaise. En outre, l’un de ses morceaux a été classé premier lors d’un concours de la meilleure chanson folklorique, organisé par Radio France internationale (RFI), dans le cadre de la francophonie. Le producteur André Eléftériadès, ainsi que Naji Kozaily, avaient réalisé une nouvelle distribution musicale des vieilles chansons de la Nahawand.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*