CULTURE : Quatorze jours et huit envies

SÉLECTION
OLJ
29/07/2017

Par Edgar DAVIDIAN, Anaïs DELMAS, Olivier GASNIER DUPARC, Maya GHANDOUR HERT, Colette KHALAF, Gilles KHOURY, Danny MALLAT et Zéna ZALZAL

Parce que, souvent, on a envie de sortir, mais pas forcément d’aller au restaurant, et parce que la nourriture intellectuelle est aussi importante que celle des bedons, voici huit rendez-vous testés, approuvés ou qui titillent notre curiosité. Ces deux semaines, on gigote sur « Alexandrie Alexandra » avec M. Pokora, on devient des groupies de Mashrou’ Leila à Ehden, on retombe en enfance avec la BD de Bastien Vives, tout en s’initiant au blues…

CONCERT
MASHROU’ LEILA/EHDENIYAT

Samedi 12 août aura lieu le concert du désormais incontournable groupe de rock indé, Mashrou’ Leila. Vibrante et sensuelle, la musique des artistes libanais a su captiver au-delà des frontières jusqu’aux fans non arabophones. Leur programmation au Festival international Ehdeniyat tombe à pic pour renouer une fois de plus avec le public d’origine. Leur dernier son et clip, Roman, est un véritable plaidoyer féministe célébrant les femmes arabes dans leur diversité et leurs luttes. Talentueux et engagés, les cinq jeunes hommes ont récemment participé à la promotion du Beach Clean-Up in Beirut avec Recycle Lebanon et Greenpeace. Le plastique collecté lors de cette grande opération nettoyage du littoral, le 5 août, servira à la mise en place d’une installation unique pour le concert.

EXPOSITION
COLLECTION FOUAD DEBBAS/MUSÉE SURSOCK

Envie de jouer au touriste dans le Beyrouth du début du XXe siècle ? Envie de voyager dans le temps et flâner à la recherche d’un hôtel ? Voilà une bonne occasion. Au musée Sursock, une série de photos de la collection des cartes postales et des guides de voyage de Fouad Debbas emportent le visiteur dans un monde passé. Des publications de Joanne, Baedecker, Cook et Bleu ont réussi à redessiner la carte hôtelière de l’époque avec, pour ne citer qu’eux, le Royal (Bab Idriss) ; le Beyrouth Palace (place des Canons) ; le Métropole (rue Chateaubriand) ou encore l’hôtel D’Orient (avenue des Français). L’exposition se prolonge jusqu’à la fin de l’été.

SPECTACLE
M. POKORA/FESTIVAL DE BYBLOS

Si vous aimez les blonds fringants, les rythmes endiablés et la variété française, en somme si vous aimez Claude François et/ou Matthieu Tota, alias M. Pokora, ne ratez surtout pas le My Way Tour de ce dernier, le vendredi 4 août à Byblos. Une superproduction, en hommage à l’immortel Cloclo, rassemblant sur scène 17 musiciens, danseuses et choristes autour du beau gosse du R&B français et coach tatoué de The Voice-France. Le sculptural chanteur y revisite le répertoire de son aîné… à sa manière. C’est-à dire, avec des mélodies et des chorégraphies retravaillées, des Clodettes rebaptisées MP’S et (dés)habillées par Jean-Paul Gauthier. Et sans doute aussi cette note sportive et « Feel Good » propre à M. Pokora.

 

LECTURE
« MONTREZ-MOI VOS MAINS »/ALEXANDRE THARAUD

On connaît ses prouesses sur les touches du clavier. Bach et les galops des chevaux de Bartabas, ainsi que les sillons de ses CD où se déploient les partitions de Rameau, Chopin, Schubert, Poulenc, Debussy, Dutilleux. Imprévisible et attachant, Alexandre Tharaud a pris aujourd’hui la plume. Son livre Montrez-moi vos mains (édition Grasset, 217 pages) est l’occasion d’une confession. L’auteur y parle de ses doutes, ses superstitions, ses angoisses, sa solitude, des gens de l’ombre (tourneurs de pages, accordeurs, éclairagistes) et de son… piano, jamais en sa demeure! Un livre singulier que la critique recommande en termes élogieux. En plus d’un grand pianiste, voilà donc Alexandre Tharaud écrivain de race !

CLUBBING
SKYBAR/BEIRUT WATERFRONT

Dans la nuit du 27 au 28 mai 2015, le porte étendard de la night life libanaise était réduit en cendres par un incendie. Plus qu’une boîte de nuit, c’est un symbole du savoir-fête libanais qui disparaissait. La nuit n’était plus la même, le grand frère prenait un congé sans solde. Été 2017 : les rumeurs se concrétisent, les travaux sont visibles de l’extérieur et le SkyBar va rouvrir. Très bientôt, la date n’est pas encore fixée. Depuis sa fermeture, l’industrie a beaucoup évolué, les compétiteurs ont pris du galon et de l’assurance, mais tout le monde attend l’ouverture, avec un plaisir avoué et une grande excitation. La MEA pourra enfin remettre à jour ses vidéos promotionnelles et les clubbeurs y danser à nouveau.

BANDE DESSINÉE
« UNE SŒUR »/BASTIEN VIVES

Un format qui gravite entre la traditionnelle BD et l’album. Un tracé pur et minimaliste, une histoire en couleurs à l’encre noire et aux tonalités gris-blancs pour donner au final un récit hors du temps, empreint tantôt de légèreté, tantôt de noirceur. Bastien Vives raconte l’histoire d’Antoine, adolescent qui passe son temps à jouer avec Titi, son petit frère, et qui voit son quotidien chamboulé quand Hélène, 16 ans, fait irruption dans sa vie. D’abord envoûté par cette jeune femme, il laissera petit à petit s’installer une belle complicité. Le monde s’ouvrira à lui à travers les yeux de la belle Hélène. Une sœur est à coup sûr l’un des événements BD de l’année. L’auteur avoue certains éléments autobiographiques, mais le bouquin, dit-il, reste pour lui un énorme fantasme et pour le lecteur une belle découverte.

CD
LANA DEL REY/« LUST FOR LIFE »

La pseudocoterie intellectuelle a beau dire que Lust for Life n’est pas le plus abouti des albums de la chanteuse à la moue lippue et aux cordes vocales de sirène sous acide. Que les morceaux semblent avoir perdu leur subversion nacrée, digne des plans tortueux d’un David Lynch. Il n’en demeure pas moins que ce disque voluptueux reste porté par cette mélancolie veloutée, emblématique de Lana Del Rey. Mais aussi par des collaborations audacieuses, à savoir The Week-end sur Lust for Life, A$AP Rocky sur Summer Love et Groupie Love ou Sean Lennon (fils de John !) sur la ballade Tomorrow Never Came. Et surtout (la réjouissance), par sa voix souveraine qui joue les équilibristes et (s’)offre un grand écart d’une sensualité troublante.

CONFÉRENCE
C’EST QUOI LE BLUES ?/AKRAM NAJJAR

Le club Karaz w Laimoon poursuit son exploration de la culture avec un grand « C » à travers moult conférences, ciné-clubs, écoutes musicales… La parole est donnée ce lundi 31 juillet au président du club Akram Najjar qui va s’entretenir, en anglais, vidéoclips à l’appui, de l’un de ses sujets préférés : les notes bleues. En donnant des éléments de réponse aux questions qui taraudent de nombreux esprits curieux. Qu’est-ce qui fait qu’une chanson ou qu’un morceau de musique soit classé dans la catégorie blues ? Quelle est sa spécificité ? Quelles sont ses racines ? Ses éléments particuliers ? Son influence sur le pop et le jazz ?
Lundi 31 juillet, au Cuitvré Lounge (avenue Mar Maroun), de 19h à 21h. À signaler que le film Raise the Red Lantern de Yimou Zhang China sera au programme du mercredi 2 août, à 19h.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*