CULTURE Najla el-Zein, fabricante de vent

Najla el-Zein : « Je n’ai jamais eu de plan et je me cherche toujours. » Photo Karen Kalou

L’ARTISTE DE LA SEMAINE
La designer, qui vient d’être représentée par la galerie new-yorkaise Friedman Benda, se fie au hasard et fait feu de tout ce qui lui tombe sous la main pour fabriquer des histoires qui se balancent entre géométrie et poésie…
Gilles Khoury | OLJ24/11/2017

On s’attendait à affronter une (jeune) femme-cortex aux choix aussi bétonnés que ses créations sont ingénieuses et articulées, à la trajectoire tracée à l’équerre de ses projets agiles et pertinents. On l’imaginait en femme-orchestre à la curiosité effervescente, baroudeuse qui ne demande qu’à se faire peur avec des challenges ramassés aux petites cuillers qui s’empilent dans sa sculpture 2852 Spoons. On allait à la rencontre d’une femme-tronc dont les racines aventurières l’ont emmenée au Victoria & Albert Musueum, et plus récemment dans l’écurie de la prestigieuse galerie Friedman Benda à New York. Et l’on se retrouve face à Najla el-Zein, qui se positionne dans l’exact contraire de tous ces a priori. « Je suis loin d’être comme cela. Je n’ai jamais eu de plans et je me cherche toujours. » Et l’on découvre alors une énigme au propos dolent et à la réserve indolente, qui aime se laisser entraîner au fil du courant…

Obsession du cercle
Najla el-Zein baigne dans la douceur d’une enfance parisienne au cours de laquelle ses parents, collectionneurs de meubles Art déco, l’emmènent tous les week-ends crapahuter dans les puces. Ainsi, la petite fille « plus observatrice que bricoleuse, à l’époque plus yeux que mains », contemple en silence ce tas d’objets qui sont autant de portes vers le monde de l’art, auquel elle se frotte déjà en dessinant des cercles obsessionnellement…..

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*