CULTURE : Ibrahim Maalouf, au cœur de l’antistar

PORTRAITLe trompettiste était au Liban il y a quelques jours pour préparer son concert événement de cet été au Festival international de Baalbeck*. L’occasion de revenir sur son rapport avec son pays natal et sa volonté de le conquérir artistiquement

29/05/2017

Cela fait maintenant quelques années qu’Ibrahim Maalouf inclut systématiquement une date libanaise à son agenda de tournée. Que ça soit au Festival de Byblos avec Mulatu Astatke ou à celui de Baalbeck, en exil au Casino du Liban, ou prochainement dans le cadre exceptionnel de ses temples, pour un spectacle qui s’annonce d’ores et déjà comme l’événement culturel de l’été 2017

Ibrahim Maalouf a déjà conquis la France ; il y a marqué l’industrie musicale à coups de records et d’événements inédits. En remplissant aussi bien le Zénith de Paris que le Palais Omnisports de Bercy (l’Accor Aréna, désormais, qui contient 20 000 places), en remportant des Victoires de la musique dans les catégories d’album de musiques traditionnelles ou pour sa tournée Red and Black Light, et enfin en remportant cette année le césar de la meilleure musique originale. Toutes ces distinctions et ces records, Maalouf les doit à son talent et son travail. Car depuis qu’il a commencé à jouer de la trompette à l’âge de 7 ans et demi, il n’a eu de cesse de gravir les échelons, de remporter les concours les plus difficiles et de mettre en pratique sa maîtrise parfaite de l’instrument. N’ayant pas peur de jouer un style, le jazz, considéré comme élitiste, il mettra tout en œuvre pour élargir son public et réaliser ses rêves. Auteur de 10 albums remarqués depuis 2006 et le début officiel de sa carrière à 26 ans, il est l’auteur de plus de 10 musiques de films, alternant longs et courts métrages, et a développé ses collaborations avec des dizaines d’artistes aux horizons très différents. C’est d’ailleurs ce dernier point qui va l’aider à plonger dans la célébrité et le succès, car en ouvrant son art à d’autres influences, il s’ouvre également des portes vers d’autres publics, De Vincent Delerm à Ismael Lo, de M à Natacha Atlas, Maalouf ne se fixe aucune limite, décrétant que la curiosité est une qualité nécessaire dans la pratique de son art et la réalisation de ses ambitions

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*