CULTURE : Elton John, polaroïd cocaïne


Jaime Reina/AFP

PORTRAIT

09/12/2017
1983. Luis Buñuel et Louis de Funès meurent. Les contingents français et américain au Liban sont frappés au cœur par deux attentats-suicide, faisant 299 morts. Mika naît le 18 août. Ronald Reagan qualifie l’URSS d’« empire du mal ». Et Elton John accouche d’un somptueux, d’un définitif Himalaya : I’m Still Standing. Un titre doigt d’honneur, un titre tripal, un titre purgatoire, extrait d’un album tellement Bret Easton Ellis, tellement eighties : Too Low For Zero. Simon Le Bon, le patron des Duran Duran, lui faisait boire dirty martini après dirty martini pendant le tournage du clip, sur la Côte d’Azur. Elton John, pas encore accro au thé, répétait qu’il était crevé, mort de fatigue. Et pour cause… L’homme de tant et tant de records, en Europe, aux États-Unis et dans le monde : il a même battu Elvis, ne (sur)vivait que glué aux alcools et à la poudre blanche.

lire la suite

Elton John est en concert unique demain dimanche à 20h30 au Forum de Beyrouth, une production du Festival de Byblos.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*