CULTURE : Demander au pouvoir d’avoir de l’imagination, c’est le provoquer

 

Parmi les temps forts de la Nuit des idées, un café littéraire à l’Institut français sur le thème du « Pouvoir de la fiction ». Deux de ses invités, Charif Majdalani et Olivier Sebban, dissèquent le thème pour « L’Orient-Le Jour ».

25/01/2018

Une nuit pour réfléchir, échanger, débattre et écouter l’autre… Une nuit pour balayer des idées préconçues, provoquer des interrogations et, surtout, élargir des horizons… Cette « Nuit des idées » annuelle, initiée par l’Institut français à Paris il y a trois ans, et qui a lieu dans plusieurs grandes villes dans le monde, prend un peu plus d’ampleur à chaque édition. À Beyrouth, comme ailleurs, cette festive nocturne de réflexion se tiendra aujourd’hui jeudi 25 janvier, de 17h30 à minuit. Au programme : rencontres, discussions et débats sur le thème général de « l’imagination au pouvoir », slogan emprunté aux manifestants de mai 68. Et un café littéraire (au bien nommé Café des lettres) à ne pas rater, entre 20h15 à 21h30, animé par Charif Majdalani, qui reçoit l’écrivain français Olivier Sebban, pour parler du « pouvoir de la fiction ».

Interview croisée en trois questions aux deux auteurs, sur la pertinence du pouvoir de l’imagination et le rôle de la création littéraire dans ce vieux rêve de changer le monde.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*