CULTURE : Ce Baalbaki qui n’était pas à la mode

 

RÉTROSPECTIVECertains estiment que ce peintre, sculpteur, écrivain et poète est la source du talent plurivalent de sa lignée. Son œuvre est cependant largement méconnue…

27/11/2017

À travers ses enfants, Abdel-Hamid Baalbaki (1940-2013) aura laissé à la postérité un patronyme synonyme d’art libanais sous toutes ses formes. Père de Soumaya (chanteuse), de Loubnan (chef d’orchestre), d’Oussama (peintre), de Mounzer (comédien) ou encore de Salmen (musicien), ce géniteur de tant de talents était lui-même également un artiste multidisciplinaire et néanmoins méconnu. Peu se souviennent de son travail. Exception faite, peut-être, de The War Mural, l’une de ses pièces maîtresses, qualifiée de Guernica libanaise. Cette grande et magnifique composition vaut à elle seule le détour par la galerie Saleh Barakat, à Clemenceau. Empruntée à la collection Saradar, elle y est exposée jusqu’au 30 décembre.

Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*