اخبار عاجلة

CULTURE : Billy Eidi à Beyrouth, à la recherche du temps perdu

INTERVIEWAprès plus de douze ans d’absence de la scène musicale beyrouthine, le pianiste est de retour dans son pays natal. À 62 ans, l’amour du clavier est toujours intact et super vivant. Dans le cœur, l’esprit et les doigts.

27/02/2017

Invité par l’Alumni de l’International College, l’établissement scolaire de son enfance, Billy Eidi est de retour après douze années d’absence. Il donne ce soir un concert unique à l’Assembly Hall (AUB). Avec un pull bleu marine, une chemise à col blanc et un pantalon noir, il y a quelque chose du sage collégien dans ce pianiste aujourd’hui aux cheveux plus sel que poivre et des yeux vert pervenche encore plus transparents peut-être qu’autrefois. Bien sûr, grande joie des retrouvailles familiales, mais aussi chagrin pour des parents disparus. Et Beyrouth qui change constamment de visage.

« Ce concert est un rêve, car tout est dans l’enfance, pour reprendre un peu les termes de Proust », dit-il. Et Proust, il en connaît quelque chose, lui qui a dans les bacs ce CD de Raynaldo Hahn, un disque miniroman d’amour, subtil journal intime où rôde, comme un parfum pénétrant et tenace, le souvenir de l’auteur d’À la recherche du temps perdu. Installé à Paris en 1975, année charnière où le pays a basculé dans la guerre, ayant définitivement jeté sa blouse blanche de médecin et son serment d’Hippocrate aux orties après des études entamées mais non poursuivies à l’AUB, le piano a pris le devant de la scène. La première place sous ses doigts, dans son cœur et sa vie. Il en parle à L’Orient-Le Jour.

Qu’est-ce qui vous a poussé à jouer du piano ?
Ma mère. Elle était mélomane et a senti mon attraction pour la musique. Et l’idée de me guider vers le piano a été une bonne inspiration.

Quel est le meilleur endroit ou moment pour faire vos répétitions ?
Le matin. Je suis de nature, de tempérament, de caractère diurne. J’habite au vingt-septième étage d’un immeuble. Mes voisins ne sentent rien, car il y a actuellement des installations pour insonoriser. Et puis je les ménage !

Votre musicien favori ?
Si on m’exile sur une île déserte, j’emporte avec moi Bach et Mozart ! Mais je fréquente beaucoup de compositeurs avec mes élèves et en tant que concertiste. Il y a Chopin, toujours, et beaucoup Fauré et Scriabine…

Quel est le plus beau compliment reçu ?
Celui où se mêle l’émotion. Mais ce qui m’a touché le plus, c’est quand quelqu’un m’a dit que je rendais compréhensibles les lignes mélodiques.

Naît-on musicien ?
Oui… Et les signes en sont de se mettre à la musique. Avoir surtout l’instinct de la logique musicale.

L’interprétation dont vous êtes le plus fier ?
Scriabine. Je me suis terriblement identifié à son œuvre. J’ai eu le coup de foudre pour l’opus 13 et entre son enregistrement et sa découverte, il s’est passé seize ans !

Quelle est l’importance de la musique dans votre vie ?
La musique est très, très présente dans ma vie. Entre concerts et enseignement (il est au Conservatoire régional de Paris), je vis pour la musique et elle me fait vivre. Et je ne fais certainement pas allusion à l’aspect financier.

Votre meilleur souvenir au Liban ?
Les promenades avec mes camarades de classe de l’IC dans le campus de l’AUB.

Ce que vous détestez dans la musique ?
Je me suis fermé à presque toutes les musiques qui ne sont pas classiques. Je sais laquelle n’est pas ma musique. Je ne peux jamais dire que j’aime toutes les musiques. Stockhausen, par exemple, je ne gobe pas sa musique, et pourtant, j’ai comme élève son petit-fils…

Qu’est-ce qui est classique en vous ?
Mes goûts sont classiques. Je suis pour l’équilibre, le bon sens.

La dernière fois où vous avez été ému jusqu’aux larmes par la musique ?
Tous les deux jours ! Parce que tous mes élèves jouent du Bach, Brahms, Fauré… Et il y a là beaucoup de sentiments, d’émotions.

Une œuvre qui vous hante ou vous habite ?
Difficile à dire, comme cela. Tous les mouvements lents de Mozart. Mais oui, voilà, bien sûr, je suis hanté par le quatrième scherzo de Chopin.

*Billy Eidi donne un concert ce soir à l’Assembly Hall (AUB) à 20h précises. Programme : Chopin (« Nocturne », « Mazurka », « Impromptu » et « Barcarolle »), Raynaldo Hahn (4 extraits), Fauré (« Barcarolle ») Manuel de Falla (« Fantaisie andalouse »).

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*