CAMPUS : Au Liban, le familialisme politique et la marginalisation des femmes

 


Hind Sharif a obtenu un master en démocratie et droits de l’homme dans la région MENA en juillet 2017. Son mémoire intitulé « The Origin of Women’s Segregation in Lebanon’s Political Life : Between Patriarchy and Consociational Democracy » lui a valu la meilleure note de sa promotion et les félicitations de ses professeurs.
RECHERCHELa structure politique libanaise donne naissance à des éléments toxiques qui entravent la participation politique des femmes et empêchent l’État de devenir une véritable démocratie.

13/01/2018

« La cause profonde de la sous-représention des femmes en politique au Liban est enracinée dans le familialisme qui sévit dans les partis politiques dominants. » C’est l’une des conclusions d’un intéressant mémoire réalisé par une jeune étudiante palestinienne, Hind Sharif, au Centre interuniversitaire européen pour les droits de l’homme, à Venise en Italie, et qui lui a valu la meilleure note de sa promotion et les félicitations de ses professeurs. Menée dans le cadre d’un master en démocratie et droits de l’homme dans la région MENA dont un semestre a été effectué à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, cette recherche a également montré que le système libanais du partage du pouvoir perpétue les clivages entre les différentes communautés confessionnelles et renforce l’hégémonie des leaders.

« Alors que le familialisme politique est considéré être à l’origine de la discrimination contre les femmes en politique, ce système est renforcé et soutenu par le système électoral en vigueur (ancienne loi) et la formule sectaire de partage du pouvoir……..
Lire la suite

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*