CAMPUS : À l’USEK, la FSAA met le cap sur l’avenir

Photo souvenir au terme de la cérémonie organisée par le ministère de l’Agriculture, le 24 avril, en l’honneur de la FSAA, en présence du recteur de l’USEK, le père Georges Hobeika, de la doyenne de la faculté, Dr Lara Hanna-Wakim, et du conseil de la FSAA.
DISTINCTIONLa faculté des sciences agronomiques et alimentaires de l’USEK est la première faculté d’agronomie dans la région MENA à être accréditée par ABET.

24/06/2017
C’est une double reconnaissance qu’a reçue la faculté des sciences agronomiques et alimentaires de l’USEK (FSAA), le 24 avril dernier, lors d’une cérémonie organisée en son honneur au ministère de l’Agriculture. Honorée pour l’obtention de l’accréditation américaine ABET (Accreditation Board for Engineering and Technology) pour son diplôme d’ingénieur agronome, la FSAA a vu sa doyenne, Lara Hanna-Wakim, recevoir par la même occasion un diplôme d’honneur en reconnaissance de ses contributions au secteur agroalimentaire au Liban. « Ce diplôme témoigne des services rendus, des actions menées et des engagements pris par notre faculté, et qui se trouvent bénéfiques au secteur agricole libanais et au rayonnement du Liban agricole à l’échelle régionale et internationale », indique Mme Hanna-Wakim

La FSAA est la première faculté d’agronomie dans la région MENA, et la 28e au niveau mondial, à être accréditée par ABET. Fondée en 1988, elle a entamé dernièrement une restructuration de ses programmes académiques afin de « répondre aux exigences actuelles et futures du marché du travail » et de « contribuer d’une façon plus significative à l’émergence de nouvelles carrières » pour ses étudiants
Mme Lara Hanna-Wakim, qui dirige la FSAA depuis août 2013, clarifie les axes principaux sur lesquels repose le plan stratégique de la FSAA. « En premier, nous voulons fortifier notre ancrage libanais via une amplification des partenariats avec les acteurs locaux clés – secteurs publics et privés, ONG, réseaux socio-économiques – et via notre rôle sociétal actif, et cela grâce à notre expertise en matière d’agriculture urbaine, d’amélioration de l’environnement, de la sécurité sanitaire des aliments et de la valorisation de la recherche. Nous cherchons également à accentuer notre capacité à déposer des projets et à obtenir des financements de recherche plus nombreux, au service des étudiants et des équipes scientifiques, notamment avec l’ouverture en 2014, au sein de notre faculté, de l’École doctorale en sciences agronomiques et alimentaires. Et finalement, nous travaillons à accroître notre visibilité à l’international et son action en matière de coopération au développement

Nouveaux défis
« L’effectif étudiant en première année de génie agronome a atteint son sommet pour la première fois dans l’histoire de la FSAA », déclare Mme Hanna-Wakim qui affirme qu’au cours des derniers mois, la faculté a connu une forte demande d’inscriptions aux études agronomiques. « Il y a de nos jours un retour remarquable à l’agriculture et aux sciences agronomiques et alimentaires », souligne-t-elle
Évoquant les nouvelles attentes des consommateurs qui veulent, entre autres, des « produits agroalimentaires sains, sûrs et innovants » et une « nourriture issue d’une agriculture à haute performance technique, agronomique et environnementale », la doyenne de la FSAA poursuit : « Ces défis nous poussent à former des ingénieurs agronomes et alimentaires capables de répondre aux grands enjeux d’ordre organisationnel et de performances industrielles auxquelles sont confrontées les entreprises du secteur agro-industriel
Parmi le large éventail de programmes offerts par la FSAA dans les trois cycles universitaires figurent une licence et un master en nutrition humaine et diététique, un diplôme d’ingénieur agroalimentaire, un diplôme d’ingénieur agronome (accrédité par ABET) et un master en œnologie – premier dans la région, reconnu par l’Organisation internationale de la vigne et du vin
« Les programmes de la FSAA sont innovateurs et ses méthodes d’apprentissage alignées avec les exigences modernes et contemporaines du marché actuel. La FSAA vise la réussite de ses étudiants. Elle cherche également à stimuler leurs intérêts envers la recherche et les études supérieures. Le défi pour elle étant de trouver une juste place entre ces deux tendances », confie Mme Hanna-Wakim en insistant sur la « dimension agro-écologique » que possèdent les diplômés de la FSAA et qui leur permet de ne plus limiter l’agriculture à une parcelle de terre, mais de considérer « cette parcelle avec ses sols, les communautés d’organismes vivants qui s’y trouvent, les gens qui y gravitent… et d’apprendre à les gérer et à les optimiser pour parvenir à une production accrue ». Et de conclure : « Nos diplômés se distinguent également par leur innovation qui les pousse à identifier, créer et valoriser de nouveaux produits agro-alimentaires répondant aux défis du monde de demain, et par leur sens de l’entrepreneuriat qui les prépare aux métiers de créateurs d’entreprises, de dirigeants, de chefs d’exploitation dans de très nombreux secteurs agronomiques et alimentaires

La rédaction de la page Campus marque une pause estivale pendant le mois de juillet et vous donne rendez-vous le samedi 5 août pour une nouvelle année d’actualités universitaires 

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*